Au quotidienCôté mamanJe me questionne

Maternité apaisée : l’effet du deuxième ?

posted by mamanlouve 28 avril 2017 44 Comments

S’il y a bien quelque chose que m’apporte cette seconde maternité c’est l’apaisement, sur bien des points…Je ne sais pas si c’est ça qu’on appelle « être plus cool pour le 2ème », mais très clairement je trouve l’arrivée de notre fée beaucoup plus douce que ce que je m’étais imaginée.

À la naissance de little G je me suis pris un véritable mur dans la tronche, je crois qu’on a beau se préparer à être maman, quand cela se concrétise ça amène un chamboulement auquel, personnellement, je n’étais pas préparée. J’ai trouvé tout très stressant : ne pas comprendre ses pleurs, ne pas connaître les gestes qu’il fallait faire, les produits qu’il fallait utiliser, bref ne rien connaître aux bébés en général quoi! J’ai trouvé cela aussi difficile pour mon couple, à cause de la fatigue on ne prend plus de pincettes et le ton montait vite. J’avais beau savoir que tout ceci était normal, cela m’a quand même un peu inquiété! Il m’a fallu du temps pour trouver mes marques, pour comprendre mon bébé, pour me faire à l’idée que j’étais maman, pour trouver un nouveau rythme, de nouvelles habitudes bref, pour me faire à cette toute nouvelle vie avec tout ce que cela impliquait. Et puis naturellement on y arrive et on ne voit plus sa vie autrement.

Quand nous avons alors décidé d’avoir un deuxième enfant, j’ai eu forcément peur de briser ce nouvel équilibre trouvé à trois. Cette vie ensemble elle était rodée, nos nouvelles habitudes, ma vie de maman, tout mon équilibre reposait sur ce triangle, alors comment accueillir un second enfant ? Est-ce que cela va nous déstabiliser ? Comment retrouver ses marques? Il va falloir se créer un autre schéma. Quand j’ai accouché, je me suis dit qu’on repartait de zéro, qu’on allait tout devoir re affronter, on s’est préparé aux engeulades, aux « comment on fait déjà? » et aux « non fait pas comme ça, mais comme ça plutôt » mais on ne s’était pas préparé au côté : »ah mais oui on connaît tout ça en fait! », cet aspect qui allait rendre les choses plus simples.

Dès la première journée à la maternité j’ai pu en faire l’expérience. J’étais entrain de changer ma fille et elle s’est mise à pleurer, la seule chose que j’ai ressenti à ce moment là c’est : oui oui je sais je me dépêche je sais que tu as faim ma chérie. Il y a trois ans, ces mêmes premiers pleurs avaient plutôt provoqué un : « viiiiiite mais attend là il va mourir quoi il a faiiiiimmmm dépêche toi bordeeeel » haha, je caricature à peine ! Nan mais les pleurs de nouveau né c’est super stressant quand même faut avouer hein ! Là ça ne m’a rien fait, mon cerveau n’a pas paniqué, je suis restée super calme, et à ce moment précis j’ai su que tout allait être différent.

La grosse différence avec le premier, et là je ne vais l’apprendre à personne, c’est qu’on connaît tout ça ! On connait les biberons, on connaît les pleurs stridents, les changements de couche, le cordon dégeu du début, le lavement de nez traumatisant, les coliques, le reflux, le changement de lait, le débit de la tétine, le vomi sur l’épaule, le déménagement à chaque déplacement et toutes ces petites choses inconnues quand on a pas d’enfant (j’espère ne pas en faire fuit quelques unes!). Et bien tout ceci ce ne sont pas du tout des détails, ça allège environ 75% des « problèmes » du quotidien ! Je crois qu’il n’y a pas de sensation plus agréable que de se sentir en confiance et à l’aise dans ce rôle de maman. Fini les questionnements, les prises de tête, ça roule. Bien sûr tout n’est pas parfait, je me demande encore souvent pourquoi elle pleure et comment je dois l’habiller pour aller dehors mais ce sont des détails!

Rien ne me paraît insurmontable, nous sommes partis en vacances alors qu’elle n’avait que 10 jours, on est reparti le week-end dernier, on la trimballe partout, et tout se passe bien. Je sais que pour beaucoup de parents c’est normal et ils ont toujours fait ça, avec ou sans enfants, mais moi je sais que c’était totalement impossible pour mon premier petit garçon, je ne voyais que l’aspect « mais comment on va faire pour ça et puis pour ça ? », bref du coup on ne faisait pas quoi!

Autre point super important : la gestion du manque de sommeil. Pour le premier j’ai du dire au revoir à mes grasses matinées jusqu’à midi-13h du week-end et bonjour aux nuits hachées, c’est un tout nouveau rythme pour le corps à enregistrer ! Pour le deuxième comment dire…ba on est habitué aux nuits de merde hein ! Même si little G a toujours bien dormi on connaît les réveils à cause des maladies, à cause des dents, à cause d’une tétine qui tombe, d’un doudou perdu, bref on dort différemment et puis surtout notre grasse mat on en a plus qu’une par semaine et jusqu’à 10h max (c’est déjà ça de pris hein!). Bref, j’ai beaucoup moins souffert du manque de sommeil que pour le premier et c’est pas négligeable comme point !

Enfin, avec notre fée je ne me sens pas prisonnière de mes émotions comme j’ai pu l’être pour little G. Je crois que la naissance de mon premier a été pour moi un double amour, je suis tombée en amour d’abord pour mon fils mais aussi pour la maternité dans sa globalité, et celle-ci m’a complètement débordé. J’ai alors développé un côté maman louve très fort, j’étais incapable de me séparer de lui, ni même de le confier à quelqu’un 5 minutes, c’était terrible comme sensation…J’avais écrit un billet sur ce sentiment, ma cage dorée, je viens de le relire et mon ventre se serre car je me souviens très bien dans quel état j’étais en l’écrivant…Il me fait également sourire car je vois que je me suis trompée…je suis « presque » devenue la maman du coin de la rue, celle qui se balade avec un cosy trop lourd, 3 sacs, un little G du bout des doigts et qui sourit comme si tout était normal. Je me sens débordée mais je n’en souffre pas. J’arrive à laisser ma fille sans aucun problème, sans déchirure, sans larmes, alors ok on parle de quelques heures, d’une aprem mais j’en étais incapable pour little G.

Quand j’ai commencé à ressentir toutes ces choses j’ai eu super peur, je me suis demandée si ce n’était pas un manque d’amour, j’ai complètement paniqué! Jusqu’à ce qu’une très bonne amie (qui se reconnaîtra :)) me dise que pas du tout, j’étais juste apaisée, j’étais juste entrain de vivre une maternité sereine et PAF elle avait tapé dans le mille.

Chaque enfant amène son lot de questionnements, amène un nouveau schéma, de nouveaux sentiments. Ma maman me l’a toujours dit, on est pas la même pour le premier, que pour le second ou le troisième…on s’apaise sur des choses, on s’inquiète moins, on est plus cool quoi (et elle en a eu 4 alors c’est pour vous dire hein…). On se met beaucoup de pression pour un premier, pression que je ne retrouve pas pour ce deuxième bébé parce que je crois que j’ai juste appris à me faire confiance.

***

Mon little G m’a offert d’être maman, il m’a offert un amour fou, fusionnel, et un apaisement en grandissant.

Ma fée m’a apporté une maternité heureuse, apaisée, et un amour à en perdre la tête.

Bref évidemment tout n’est pas aussi simple, je m’inquiète toujours autant quand elle est malade, je prends toujours une grande inspiration quand je me balade avec les deux dans la rue et l’idée de me séparer de mes enfants deux jours est presque impossible pour moi, je serai toujours cette maman louve MAIS je suis plus légère, tellement plus légère, et je peux vous dire que je ne pensais jamais ressentir ça.

J’aurais aimé qu’on me dise qu’un jour c’est possible d’être une maman moins torturée alors c’est dit pour celles qui se reconnaîtront !

Un poids s’envole et j’ai l’impression que je peux enfin être la maman que je voudrais être…du moins j’y travaille activement…

***

Sur ces doux mots je vous embrasse,

Bon long week-end à tous !

***Flore***

Rendez-vous sur Hellocoton !

44 Comments

Debobrico 28 avril 2017 at 7 h 46 min

La dernière photo est sublime.
Je n’ai jamais été une maman trop torturée et j’ai trouvé que l’arrivée de ma 2eme a été une tempête plus forte, je me sentais dépassé d’amour, et de responsabilités. Heureusement c’est ma magicienne du bonheur et c’est grâce à elle si tout le monde a vite trouvé sa place et son équilibre

Reply
Sab 28 avril 2017 at 7 h 48 min

Hé oui c est tout a fait vrai!
Le 1er c est nouveau et c est un vrai changement, mais apres c est que du positif en plus et on a moins peur donc plus sereine! Pour ma part j etais la plus sereine pour le 3eme. Ta maman a bien raison!
Bonne continuation!

Reply
Charlotte 28 avril 2017 at 7 h 57 min

Je ressens exactement cela. Ma petite a 9 mois et tout est Easy! Son caractère y fait aussi mais je me sens plus apaisée.

Reply
juste1maman 29 avril 2017 at 6 h 10 min

Et du coup elle court 100km par jour 😉

Reply
elsa_clv 28 avril 2017 at 8 h 15 min

Ca fait plaisir à lire on te sent en effet plus tranquille, moins angoissée 🙂
De mon côté je m’étais tellement imaginé plusieurs mois sans dormir, qu’un bébé pleure tout le temps, que l’allaitement ne serait pas simple, je m’étais imaginée comme ma mere (=stressée) au final jai ete tres surprise de ma sérénité, tout s’est fait de façon facile, bébé tres sereine aussi (l’œuf ou la poule Tjs la même question 😉 ) et c’est vrai que c’est un bonheur de prendre les choses simplement, de voyager avec bébé, de ne pas être stressée 🙂 je croise les doigts pour l’arrivée du 2eme (terme lundi!!)
Pouponne bien 🙂

Reply
Dee 28 avril 2017 at 8 h 21 min

c ‘est tout a fait ce que je ressens pour le moment !!

je suis enceinte de mon deuxième baby M a 1 an et j ai les mêmes angoisses ,

merci pour ton recit encore une fois

Reply
Corinne (Couleur Café) 28 avril 2017 at 8 h 22 min

Je me reconnais totalement dans ton billet. Quand mon fils est né, tout a été sublimé, idéalisé, grossi. Les peurs, les angoisses, les doutes étaient tout aussi forts que l’amour qu’on a pour ce petit bout qui vient de vous faire maman pour la vie ! On achète les choses les plus chères, on fait attention à tout, on n’est pas du tout dans la raison, on en fait vraiment trop ! Puis, quand ma fille est arrivée, moi aussi j’ai eu un petit moment de peur que l’équilibre se fissure et qu’elle ne trouve pas sa place dans ma relation fusionnelle avec mon fils. Mais au contraire, elle est venue remettre les choses à leur place, elle venue tout apaiser, et je suis enfin devenue une maman apaisée, raisonnable, lucide.

Reply
Picou 28 avril 2017 at 8 h 47 min

Tu résumes tout ça très bien! On apprend surtout à se faire confiance, et à lâcher du lest. On sait que tout ne peut pas toujours être parfait, et que les petits ne s’en portent pas plus mal. On sait que parfois c’est dur, mais que c’est infiniment enrichissant. On devient cette maman qui ne panique plus, qui sait, qui tente, et qui finit par conseiller les autres! C’est un thème que j’ai en partie abordé dans mon article sur le blues des « vieilles » mamans, sous un autre angle que tu connaitras sans doute un jour ;o)
Le premier, c’est la découverte. Le deuxième – l’apaisement. Et un épanouissement renouvellé.
Belle route à cette nouvelle maman que tu es ;o)

Reply
Pauline - Bright Pause 28 avril 2017 at 8 h 52 min

Quel joli article ! Je le lis depuis la maternité que je quitte aujourd’hui avec mon bébé tout neuf, tout beau. Le premier. Et je sens que je vais me frotter à toute la palette d’émotions que tu décris si bien… Enfin je vais quand même profiter du premier avant d’envisager le deuxième, mais grâce à toi, c’est une perspective réjouissante !! Merci Flore 🙂

Reply
Holmby 28 avril 2017 at 9 h 17 min

J’envie beaucoup les femmes sereines face à la maternité. Je projette d’avoir bientôt un enfant (un premier) mais malgré l’envie je suis tellement anxieuse à cette idée. Peur de l’inconnue, peur du changement de vie, peur de ne plus avoir de temps pour moi, peur des nuits blanches .. Je me dis qu’au final peut-être je ne le veux pas cet enfant pour être aussi angoissé ?!!

Reply
Nini 28 avril 2017 at 10 h 59 min

Je ressens les mêmes choses que toi et me pose les mêmes questions sans avoir encore réussi à trouver les réponses… Alors merci à celles qui nous éclairerons 🙂

Reply
Holmby 28 avril 2017 at 13 h 29 min

Ah Nini ça me rassure je ne suis pas la seule ^^ J’ai voulu me plonger dans le blog des mamans pour répondre à certaines de mes interrogations et je dois dire que certains articles m’ont fait peur. J’ai un peu l’idée de Lynette dans Desperate Housewife. Je sais qu’il y a de très beaux moments avec un enfant mais ayant une vie plutôt cool et sans « gros soucis » je me demande comment je vais gérer ces montagnes russes ^^

Reply
Nini 28 avril 2017 at 16 h 11 min

Je vois complètement ce que tu vis ! Contente aussi de voir que je ne suis pas seule 😉 Comme toi, j’explore les blogs de mamans, je lis des choses sur l’éducation, les émotions de l’enfant etc… Je me prépare comme si j’étais enceinte ! Et quand je vois que la plupart des femmes pensent à tout ça une fois leur test positif…hihi on est en avance mais tu verras, le jour où on sera prêtes, on aura encore ces appréhensions mais l’envie d’avoir une famille les dépassera ! C’est ce que je me dis… Profite à fond de ta vie de couple en attendant ! La vie est bien faite, elle t’apportera ton petit au moment parfait pour toi. L’amour que tu porteras à ton enfant te feras traverser toutes les tempêtes émotionnelles 😉 Et puis nous ne sommes pas les mêmes face aux montagnes russes 😉 Il n’y a pas de raisons que tu ne gères pas ça comme un chef 😀 !

Reply
Holmby 2 mai 2017 at 8 h 41 min

Merci à toi Nini ^^ J’aimerai être aussi bienveillante envers moi même. Je te souhaite de belles choses 🙂

Pretty Mamma 28 avril 2017 at 9 h 49 min

J’espère que tout comme toi, je serai plus sereine à l’arrivée de mon 2ème (mi-juillet). Je me sens déjà épuisée et je crains de ne pas réussir à gérer les 2 à la fois, de ne pas faire face aux nuits blanches, au manque de sommeil, à la fatigue qui s’accumule, au manque de temps consacré aux amis et à son couple.. Bref tout cela m’inquiète.. On verra bien !

Reply
Jenn 28 avril 2017 at 9 h 58 min

Bonjour et merci Flore pour ces jolis mots qui m’apaisent un peu
je suis enceinte du 2ème et je me pose exactement les mêmes questions que tu as pu te poser : comment on va gérer ? trouver notre place ? allons nous souvenir de comment on change une couche ….
j’angoisse beaucoup, surtout par rapport à ma fille, je ne veux qu’elle se sente écartée ou abandonnée

et comme vous, quand on eu notre première, c’était un peu l’anarchie, on ne sortait jamais nul part, ça nous paraissait trop compliqué et insurmontable, bref, pas simple d’être parents. Un apprentissage de tous les jours.

Ton article m’a soulagé un peu et j’espère qu’il en sera de même pour nous.
Gros bisous à tous.

Reply
maman est occupée 28 avril 2017 at 10 h 35 min

J’ai vécu mes deux grossesses un peu comme toi… Le stress de l’inconnu pour la première et plus d’assurance pour la seconde.

Reply
Blog du Dimanche 28 avril 2017 at 11 h 08 min

Tellement émouvant et doux comme billet <3
Je me reconnais beaucoup dans la maman v1.0 ahah qu'est-ce que j'ai pu être paniquée et dépassée avec mon fils au début ! Merci pour ces mots si apaisants <3

Reply
kathie 28 avril 2017 at 12 h 06 min

Votre post est rempli d amour et de magie…pourtant il me déchirre le ventre. C est difficile car je n aurai pas cette seconde chance. Deja ma grossesse sur medicalisée a fait flipper mon mari ( a juste titre,on a evité le pire de peu ), mais surtout les debuts etaient si compliqués que le papa ne veut pas y retourner. On revient de loin. Notre vie à trois est maintenant belle et épanouissantes mais nous avons perdu beaucoup de plumes en chemin
Sil a 1000fois raison, mon coeur ne peut se résigner. Je choisis mon mari car je l aime au delà des mots mais cette vie à 3 que l on s impose a brisé quelque chose en moi, en nous…
Profitez de ce bonheur, je vais cultiver le mien aussi.
Plein d amour à toutes les mamans

Reply
Nadège 28 avril 2017 at 13 h 16 min

Magnifique article! Merci!

J’ai pris un énorme mur dans ma tête pour mon premier… Je n’étais vraiment pas préparée et pourtant je rêvais de ce bébé depuis bien longtemps!
Comme vous,beaucoup de stress, de pression, un entourage familial absent… Bref c’était pas facile…

Deuz est arrivé 22 mois après, et la, le calme, la confiance en soi, la sérénité… Bref c’était beaucoup plus facile!

Troiz est arrivée 19 mois après et c’est l’apaisement total!

Je crois que plus on a d’enfants, plus c’est facile… enfin 3 c’est bien!

Reply
Mamamia 28 avril 2017 at 13 h 25 min

Super article plein d’espoir pour moi qui suis aussi une maman louve d’un petit garçon de 3ans, et qui envisage à peine mais enfin le 2ème enfant. Plein de bonheur pour vous 4 en tout cas.

Reply
Madame D 28 avril 2017 at 13 h 27 min

Mon deuxième à tout juste un mois et c’est fou c’est exactement ça !!!

Reply
Anna Breizh 28 avril 2017 at 14 h 48 min

Merci beaucoup pour ce joli article.
Je me retrouve beaucoup dans tout ce que tu décris pour ton premier, et c’est ce qui me fait peur pour une deuxième grossesse. Devoir revivre toute cette angoisse et ce stress de devenir maman. Du doup tout cela est très positif et rassurant.

Reply
la Fourmi Elé 28 avril 2017 at 15 h 11 min

C’est vrai que moi aussi j’ai été plus sereine avec mon deuxième ! déjà avec l’allaitement ! que du bonheur et aussi plus de temps !! alors on a bien profité !

Reply
Maman-Tout-Terrain 28 avril 2017 at 17 h 12 min

Heureuse de te sentir sereine dans cette nouvelle maternite. Objectivement, je dirais que le caractere du bebe joue beaucoup sur le ressenti de la Maman. A la seconde ou il est sorti, j’ai dit a mon mari que notre deuxieme etait « en colere ». Je n’ai jamais su pourquoi mais au bout de quatre ans il commence a peine a s’apaiser… du coup, a l’inverse, la serenite que j’avais acquise avec le premier bebe en a pris un sacre coup 😉

Reply
Chat-mille 28 avril 2017 at 17 h 18 min

Ma deuxième fille n’a qu’une semaine, alors c’est dur d’être définitive sur ce point (je me demande sans cesse : « A quel moment ça va devenir compliqué ? »), mais je crois que je ressens un peu (beaucoup) la même chose.

L’anecdote sur les pleurs en particulier m’a particulièrement parlé : je ne supportais pas ceux de ma première, alors que je n’ai presque aucun souci avec ceux de ma seconde. Si je suis occupée, je lui dis simplement : « Attends un peu Maman arrive. » Pas de panique, pas de stress. Cause ou conséquence, je n’ai jamais eu à gérer de pleurs inconsolables, ni même beaucoup de pleurs tout court : c’est un bébé extrêmement calme, qui dort beaucoup et se plaint très peu (sauf quand on la déshabille, ça elle n’aime pas du tout ^^). L’antithèse de sa sœur.

Je crois aussi que mine de rien, ces 2 ans et demi/3 ans d’expérience avec notre premier nous ont forgées en tant que mères et beaucoup de choses qui nous paraissaient insurmontables à l’arrivée du premier nous semblent aujourd’hui faciles car on a connu bien pire… et on a géré !

Reply
Celine 28 avril 2017 at 17 h 46 min

Magnifique…. Je vous suis avec plaisir chaque semaine….Je vais être maman d une petite fille après mon grand garçon de 3 ans….c est tout à fait comme cela que j imagine l arrivée de ma petite cocotte, ça me fait plaisir de lire tout ça…
Bonne continuation

Reply
Mesange_paris 28 avril 2017 at 20 h 18 min

Ça fait du bien de te lire! J’ai aussi ressenti ça pour le deuxième, alors je ne te dis pas pour le troisième ! Un bonheur! Pas de stress, juste le plaisir de comprendre son bébé, de répondre paisiblement à ses besoins, de savourer des moments de câlin, et la certitude que les nuits difficiles prendront fin plus tôt qu’on ne le pense. Donc… qu’est-ce que ce sera pour le 4ème! 😉 mais pas tout de suite…

Reply
AC 28 avril 2017 at 21 h 08 min

Superbe article… comme toujours 🙂 ! et alors, imagine l’effet 4ème bébé ! :))

Reply
juste1maman 29 avril 2017 at 5 h 51 min

Visiblement je ne dois pas être une maman louve mais une maman « pitbull » lol ! Enfant gardé 1 week-end en 3 ans… et faut vraiment que je sois dans l’impasse pour « l’abandonner » (c’est la sensation que j’ai). Vivement le 2e alors, lol !

Reply
Emy@FeminiteZen 29 avril 2017 at 10 h 59 min

Je découvre ton blog aujourd’hui. c’est vrai que l’arrivé de ces petits bouts changent beaucoup la façon de voir les choses. J’avais peur d’être encore plus stressé… ton article me rassure un peu… Suis fan de la zen attitude 😉
belle journée à toi

Reply
L'Atelier de la Malie 29 avril 2017 at 23 h 11 min

Joli témoignage..
je vous souhaite plein de bonheur à toute votre famille

Reply
Farah 1 mai 2017 at 0 h 00 min

Super article, très émouvant, bravo ! Je n’ai pas encore de deuxième mais ça donne envie !!

Reply
Laurette Flechette 1 mai 2017 at 7 h 43 min

Bien joué ma cocotte !! Tout ça semble parfait ! Je suis subjuguée par la zenitude de ta petite puce, vu d’ici cela semble tellement cool! Je suis ravie que vous ayez trouvé votre équilibre c’est super ! Bisettes à toute ta jolie famille !

Reply
pellicule de vie 1 mai 2017 at 16 h 09 min

Magnifique comme toujours.. C’est clair que l’on est pas les mêmes quand on vit plusieurs maternités. On les aime mais différemment :). Bisous

Reply
Flore 2 mai 2017 at 10 h 55 min

Que je l’aime cet article. J’espère pouvoir dire pareil d’ici quelques mois après l’arrivée de mon 2ème enfant. J’étais vraiment comme toi pour BB1, je réalise que cela en lisant tes articles et en prenant du recul mais après sa naissance je me suis sentie submergée par ce rôle de maman qui m’étais inconnu. Tout me paraissait insurmontable même changer une couche… J’ai beaucoup délégué à mon chéri qui est un papa super investi ! Heureusement qu’il était là. Du coup je crois que par ma faute c’est devenu un papa stressé car je me suis un peu trop reposé sur lui. Lui qui est plutôt cool se rendait malade… Je pense y être pour quelque chose…
Je suis enceinte de bébé 2 et on se dit qu’on fera les choses différemment, beaucoup de monde nous voyait comme stressés… Je crois qu’avec le recul ils avaient raison.
J’espère qu’on ressentira cet apaisement dont tu parles … Car j’ai peur ! Je garde encore des souvenirs tout frais de ce premier mois compliqué où la fatigue te fait perdre patiente, les conflits au sein du couple, les pleurs que tu ne comprends pas…
On verra bien…

Reply
MamanLola 4 mai 2017 at 16 h 00 min

J’ai l’impression que tu as mis les mots exacts que ce que je ressens pour mon premier de deux ans et demi. Il va devenir grand frère dans 4 mois et ton article m’a donné espoir ! Ton article m’est allé droit au coeur, alors merci. Et espérons que je partagerais aussi ton ressenti… réponse dans 4 mois…

Reply
Deandre 19 mai 2017 at 5 h 01 min

Great common sense here. Wish I’d thguoht of that.

Reply
Marie 4 mai 2017 at 18 h 58 min

Vraiment, cela fait plaisir à lire! J’adore te suivre tant sur ton blog que sur instagram, et donc forcément, on a envie de te voir heureuse! Et puis aussi on ne va pas se mentir, ça rassure vachement la future maman que j’ai envie d’être très vite…(tes écrits m’ont aussi pas mal aidé à affronter la fausse couche que j’ai faite le mois dernier, donc merci <3 )

Reply
Stéphanie 9 mai 2017 at 19 h 42 min

Merci pour ce magnifique article qui fait du bien. Maman d’une petite fille qui a 15 mois je me retrouve beaucoup dqns votre description de votre première maternité et je me pose beaucoup de questions pour le deuxième. Quand le mettre en route? Y-a-t-il un écart d’âge idéal? Vais-je autant pleurer et stresser qu’après mon premier accouchement? Vais-je aimer mon deuxième enfant autant que ma princesse?

MERCI pour vos mots qui m’aident à envisager une deuxième grossesse de façon plus apaisée 🙂

Stéphanie (@mumissy)

Reply
Pleure pas bébé - Le blog d'Annouchka 12 mai 2017 at 7 h 08 min

[…] lui gâchent autant la vie, et la nôtre aussi hein, soyons clairs^^. Je suis d’accord avec Maman Louve, un deuxième bébé vous rend différente. Les choses ne sont pas forcément plus simples mais […]

Reply
olympiabydiane 12 mai 2017 at 14 h 25 min

Bonjour, j’aime beaucoup ta façon apaisante de raconter tes sensations, merci pour ce bel article et ces mangifiques photos !

Reply
bibliblogueuse 13 mai 2017 at 3 h 13 min

Ton article me touche et m’intéresse (je viens justement de faire un billet sur les enfants au Japon) : ici, une jeune mère est épaulée par sa mère ou belle-mère pendant 2-3 mois, ce qui doit la rassurer sur sa façon de faire et lui donner confiance en elle dans son nouveau rôle de mère. Les enfants dorment avec leur parents pendant plusieurs années, ce qui apaise à la fois l’enfant et les inquiétudes des parents, (même si personnellement, je n’ai pas fait ce choix et que cela me semble inconcevable). Et même pour le 2e, la maman retourne chez ses propres parents avec son bébé pour continuer d’apprendre !

Reply
Maman lionne 16 mai 2017 at 13 h 32 min

Bonjour

J’ai adoré ton texte et ça me donne de l’espoir pour mon deuxième quand je l’aurais commencé
C’est vrai que le premier en tout cas c’est une bouffée de tout, tout à été tellement grossit pour moi, l’amour ultra fusionnel, la peur, le stresse.
Je me réjouis d’avoir un nouveau petit loulou en espérant que ce soit comme pour ta dernière
En tout cas magnifique petite

Reply

Leave a Comment