Côté bébéEvolution

TIC TAC : Et alors il est « propre » ?

posted by mamanlouve 29 juin 2017 45 Comments

En matière de propreté il y a plusieurs écoles, et chaque parent choisit la voie qu’il préfère. Personnellement j’ai choisi la voie de : « Je ne fais rien et on verra bien ce qu’il se passe ». 

Cette prise de décision remonte à la deuxième année de crèche de little G, les auxiliaires m’avaient alors dit qu’en troisième et dernière année, les parents commençaient à s’affoler sur la propreté alors que pourtant il n’y avait qu’une seule chose à faire : « ne rien faire ». Cette discussion m’a beaucoup intrigué, j’ai retourné ça cent fois dans ma tête, moi qui pensait attaquer ce chantier à la fin de l’année…! Elles m’ont alors dit : « laissez faire et vous verrez bien, quand il l’aura décidé, en quelques jours à peine il sera propre. » Pour être honnête je me suis demandée si c’était pas une petite flemme de leur part, genre on dit ça aux parents comme ça on a pas à les changer trois fois par jour pendant l’apprentissage! Haha! Et puis vu notre expérience… fort est de constater qu’elles avaient plus que raison !

Il y a à peine quelques semaines si vous m’aviez dit que mon fils serait propre de jour comme de nuit je ne vous aurez juste jamais cru! Il n’a jamais été intéressé par le pot, il n’a jamais montré une quelconque gêne de sa couche, bref je me suis dit « eh merde cet été je vais paniquer comme tous les parents dont les enfants rentrent à l’école en septembre! ». Et puis un jour il a enlevé sa couche et il a été propre toute une journée, puis les jours qui ont suivi, puis pour les siestes 10 jours plus tard et enfin même pour la nuit quelques jours après. Bref, en 2 semaines on est passé de « ça ne l’intéressera jamais à, il est propre jour et nuit ». Hop on a rangé les couches au placard et on en a plus parlé, j’en suis encore choquée !

Pour en arriver là je me suis juste dit que, comme pour toutes les étapes depuis sa naissance, ça se fera naturellement. On ne leur apprend pas à se retourner et pourtant ils le font, on ne leur apprend pas à s’asseoir et pourtant c’est naturel, instinctif, pour la propreté c’est pareil, ça se fera naturellement, au bon moment pour lui. Il y a deux choses à distinguer : d’une part l’aspect mécanique, cela ne sert à rien de précipiter les choses car si son corps n’est pas prêt cela ne fonctionnera pas. Puis il y a l’aspect mental, l’aspect « je décide que je suis prêt ». Vous pourrez faire tout ce que vous voulez comme stratagème mais si votre enfant ne l’a pas décidé, il ne sera pas propre. Personnellement je connais mon fils, et je savais, vu sa sensibilité, que si j’insistais sur la propreté j’allais le braquer alors j’ai pris sur moi et j’ai attendu.

Je n’ai pas l’impression d’avoir appris à mon fils à devenir « propre » (soit dit-en passant je trouve l’expression assez affreuse), j’ai d’abord attendu qu’il commence à m’en parler, parce qu’il voyait des copains de crèche mettre des caleçons ou aller aux toilettes. Quand on l’a senti intéressé mon chéri a discuté avec lui et lui a proposé qu’ils aillent acheter tous les deux des caleçons « comme papa ». Il était si fier ! On a commencé par une petite sortie avec, puis une plus longue, puis la journée (et de toute façon il ne voulait plus l’enlever) et tout roulait à merveille. Et puis au bout de quelques jours il redemande la couche, là tu te dire « raaaaa m**** » mais tu affiches ton plus grand sourire de « pas de soucis mon chéri on va remettre une couche ». C’est en fait un petit retour en arrière classique et qu’il faut respecter, ainsi on lui montre encore une fois que c’est lui l’acteur. Enfin, il a souhaité remettre un caleçon et de là il n’a plus jamais remis de couche.

Je suis bien sûr soulagée car Little G rentre à l’école en septembre et, comme beaucoup de parents, je suis assez sensible à cette pression sur le fait que nos enfants DOIVENT être propres à ce moment là ! J’ai d’ailleurs trouvé le discours de la réunion d’info de l’école très dur à ce sujet :« On tolère les accidents dans les 2 premières semaines mais c’est tout, après on ne les accepte plus, vous les gardez chez vous » – une maman a levé la main pour demander comment ils allaient faire si leur enfant n’était pas propre, qu’ils ne pouvaient pas le forcer … – réponse : « ba c’est ça l’école madame, faut être propre. » OK OK pour l’écoute et la bienveillance on repassera. En mettant la pression sur les parents, ils risquent eux même de mettre inconsciemment la pression sur leurs enfants…Je pense qu’il y a mille façons d’aborder la propreté d’une manière beaucoup plus douce que « il FAUT que tu sois propre pour l’école ».

Personnellement j’avais tout misé sur cet été et j’ai donc essayé de ne pas céder à la panique avant…allez mi-août ! (même si ça aurait été très très dur hein!). Passer deux mois dans un grand jardin, à moitié à poil, voilà qui allait fortement nous aider (sauf si on a un été pourri hein :)). Bref j’étais clair avec moi même ! Ce que j’ai trouvé le plus dur à gérer c’est encore et toujours : les réflexions des gens ! « Il porte encore des couches ? Mais il a quel âge ? Mais t’as essayé ça ? ou ça ? ou ça ça ça ? Nan parce que ma petite nièce elle a 18 mois et …. » – Zen. Je préfère avoir laissé faire les choses et une fois qu’il s’est senti prêt, que ça se soit fait super rapidement, plutôt que de faire ça sur des mois et des mois et devoir laver les « accidents » avant qu’il soit propre. Encore une fois c’est personnel, c’est l’approche qui me convenait le plus, ou disons que les autres me déplaisaient aussi… Je crois que ce qui est difficile c’est de se retirer de tout ça, on pense souvent tout apprendre à nos enfants, or parfois ils nous prouvent que non. Par imitation, par observation, par simple envie ou désir, ils peuvent nous montrer ce dont ils sont capables, à nous juste de leur donner le temps de nous le montrer.

Bref tout cela dans le but de dire « no pressure » je suis sûre que tout ira bien pour la rentrée ! Proposez sans insister, expliquez les avantages à retirer la couche plutôt que les obligations, et enfin, trouvez le petit truc qui lui donnera envie de se lancer (le caleçon comme papa, le réducteur plutôt que le pot, le slip avec la tête de Mickey dessus bref qu’importe !:)) et surtout…aucune pression.

Aiguiller sans forcer…

Nos enfants sont surprenants,

Essayons de leur faire confiance,

Je vous embrasse,

*** Flore ***

Rendez-vous sur Hellocoton !

45 Comments

Marie 29 juin 2017 at 8 h 01 min

Complètement d’accord avec toi !
Mon p’tit Martin va sur le pot depuis ses 13 mois. Sa Nounou lui avait proposé et je me suis dit, autant être sur la même longueur d’ondes, j’achète un pot et on verra. En fait, il a fait direct son 1er caca. Et il continue aujourd’hui.
A 20 mois, je lui propose : on va sur le pot ? Si oui, tant mieux. Si non, ok pas de souci ! Je ne force jamais. Et j’ai rien instauré de particulier, pas de régularité…
Mais j’avoue que cela a été bien pratique il y a une semaine lorsqu’il a été victime de plusieurs épisodes infectieux et qu’il a fallu faire un test d’urine. Je lui ai demandé de faire pipi dans son pot et il a accepté.
Mais ça se trouve, il ne sera propre que peu de temps avant l’école, dans 1 an ou plus. Pas de pression à la maison, c’est lui qui décidera 😉
Des bisous

Reply
mamanlouve 3 juillet 2017 at 22 h 51 min

Oui voilà peu importe l’âge tant que cela vient de l’enfant et qu’il n’y a pas de pression c’est le plus important je suis bien d’accord 🙂

Reply
sandra 29 juin 2017 at 8 h 05 min

Aaaaah merci pour cet article! je pense exactement pareil mais vu les remarques que j’entends depuis des semaines, des mois (!), j’avais peur que ca soit moi la « flemmarde » qui ne voulait rien faire pour « rendre ma fille propre »…. Je suis persuadée qu’elle a le temps et que ça viendra tout seul.
Me voilà rassurée 🙂
M E R C I
bonne journée

Reply
mamanlouve 3 juillet 2017 at 22 h 52 min

Oh oui c’est parfois dur et ça nous fait douter mais je pense que tu as tout à fait raison 🙂 belle soirée !

Reply
Emeline de "petit enfant deviendra grand" 29 juin 2017 at 8 h 08 min

La pédiatre m’avait dit qu’un enfant était « prêt » quand il se mettait à monter les marches d’un escalier un pied après l’autre. Pour elle, c’est une histoire de terminaisons nerveuses qui permettent de contrôler les sphincters et de monter les marches alternativement. Ca s’est vérifié pour ma fille (pour la journée en tout cas) et la nounou m’avait dit qu’elle l’avait en effet remarqué chez les enfants dont elle s’occupait. Et que du coup, avant, ça ne servait à rien « d’espérer » quoi que ce soit :-). Là, je parle d’un enfant qui ressent l’envie d’aller faire pipi, pas d’un enfant que l’on met sur le pot pour « anticiper ». Après, je ne sais pas, je crois qu’il y a des pays où la « propreté » est abordée différemment et où les enfants semblent « propres » plus « tôt ». Mais comme tu dis, chacun son rythme, à nous de ne pas céder à la pression pour ne pas la faire ressentir à nos enfants (hum, pas toujours facile 😉 ) et de leur faire confiance!

Reply
mamanlouve 3 juillet 2017 at 22 h 54 min

Oui tout à fait c’est à ça que je pensais quand je parlais du côté physiologique, y a une histoire de mécanique là dedans! Et l’autre côté c’est la tête! Mon fils a su monter et descendre les escaliers depuis déjà bien longtemps et pourtant il n’était pas du tout intéressé par la propreté mais une fois qu’il a décidé ça s’est fait vite. Et oui je suis d’accord avec toi c’est pas facile de ne pas céder à la pression…

Reply
Bébé est arrivé ! 29 juin 2017 at 8 h 08 min

Merci Flore pour ton article. Tu me confirmes par ton expérience ce que j’avais envie de faire avec ma Louloutte de 18 mois. Elle aussi, est beaucoup dans le mimétisme alors depuis quelques temps, je la laisse me regarder aller aux toilettes (bon pas à chaque fois hein, il y a des limites ! lol) afin qu’elle intègre la notion des besoins naturels. La connaissant, je pense qu’elle aura un déclic comme Little G et que ça passera comme une lettre à la Poste 😉

Reply
mamanlouve 3 juillet 2017 at 22 h 55 min

Je suis contente de te conforter alors ! Tu verras bien comment ça évolue en effet et tu l’aiguilleras si besoin mais tout en douceur et en respectant son rythme c’est bien le principal !

Reply
Dotty 29 juin 2017 at 8 h 39 min

Merci pour ce billet décomplexant !
Idem chez nous, rentrée en septembre, coup de stress mais pas eu envie de lui mettre la pression. Et depuis 15 jours, il a décidé et c’est gagné, jour, sieste et quasi nuit (il se lève le matin et demande s’il a une couche!) ! Et J’avoue qu’avec un petit garçon, le coup des « caleçons comme Papa » et même « pipi debout comme Papa » marche super bien !

Reply
mamanlouve 3 juillet 2017 at 22 h 55 min

haha grave ça marche trop bien :)) C’est marrant il me demandait ça aussi : j’ai une couche là? Euh ba mon chéri regarde non tu n’as rien haha trop chou!

Reply
Le_coeur_ebahi 29 juin 2017 at 8 h 47 min

Super article, je suis d’accord avec absolument tout ce que tu dis. Je suis assistante maternelle et on avait bien vu ça en formation. Avant 2 ans déjà ils sont rarement prêts, en tout cas ça ne vient pas d’eux. Et on m’avait dit que de toute manière il fallait laisser faire, on ne connait pas d’adulte « pas propre » sauf exception. Elle nous avait bien dit l’importance poir l’enfant de voir ses parents ou frère et soeur aller aux toilettes afin qu’ils voient qu’il n’y a rien d’angoissant… Parce qu’en fait faire pipi ou caca c’est se séparer d’une partie de soi et ça peut être inquiétant au début. Et je participe à des reunions d’analyse de situation pro avec une psy qui nous expliquait queble développement d’un enfant n’est pas linéaire, il faut imaginer des boucles. Il apprend, cela correspond au haut de la boucle et il « régresse », ce qui sur la boucle est la descente… Bref chacun ses choix mais le mien est fait et ça a marché. Et la pression avec l’école c’est inutile de la faire peser sirbles enfants. Soit ils ne savent même pas c qu’est l’école donc ils s’en fichent soit ils savent et « obéissent » mais avec le risque qu’ils assent le chemin inverse si l’école ne leur plait pas.

Reply
mamanlouve 3 juillet 2017 at 22 h 56 min

Je suis d’accord sur toute la ligne avec ce que tu viens d’écrire !!!! Bises

Reply
aurelie 29 juin 2017 at 8 h 54 min

La grande angoisse des parents avant la rentrée! Mon fils ainé a été propre deux jours avant la rentrée alors qu’on avait tout essayé desesperement…finalement il a décidé tout seul et c’est bien là le plus important 🙂
C’est dommage que l’ecole ne respecte pas le rythme des enfants, certains sont propres à 18/20 mois, d’autres à 3/4 ans et ca ne sert à rien de forcer. Apres il y a des instits comprehensifs qui prennent le temps d’aider les enfants dans cet apprentissage, mais le decalage est grand entre la creche qui laisse les enfants experimenter la propreté sans forcer et l’ecole qui oblige…

Reply
mamanlouve 3 juillet 2017 at 22 h 57 min

Ohla comme je suis d’accord…l’écart entre la crèche où la liberté règne et l’école est très rude…notamment sur la propreté je trouve cela dur dur !

Reply
jenesuispasunesupermaman 29 juin 2017 at 8 h 58 min

Je suis ravie de lire un article dans lequel laisser le temps aux enfants de dire aurevoir à la couche est la seule règle. Cela étant, Little G. aura la chance d’entrer à l’école à trois ans révolus, ce qui lui a permis d’avoir la maturité nerveuse et musculaire nécessaires pour avancer à son rythme. Les enfants de fin d’année qui n’ont que deux ans et demi à la rentrée doivent souvent faire cet apprentissage trop tôt pour en être totalement maîtres. Il est donc parfois nécessaire pour les parents d’en parler longtemps à l’avance, de familiariser l’enfant avec le pot, de donner lui confiance et envie par des lectures, tableau de motivation ou sous-vêtements de grands… tout ceci pour éviter justement la « pression de la dernière quinzaine d’août ». Guider nos enfants, leur faire confiance, « leur apprendre à faire seuls » comme le prônait Maria Montessori est effectivement idéal… dans la mesure où, la recherche ambiante de performance, de tout faire plus tôt et plus vite ne devient pas une entrave au développement naturel de nos enfants.
Quoi qu’il en soit, c’est une excellente chose que certains petits puissent franchir naturellement cette grande étape vers l’autonomie!
Belle journée.

Reply
mamanlouve 3 juillet 2017 at 22 h 59 min

Oui je suis tout à fait d’accord avec toi, là je parle du cas de mon fils qui aura 3 ans à la rentrée, je sais que des plus petits rentrent à l’école et en effet je pense qu’on doit alors trouver d’autres manières de les mettre sur ce chemin…

Reply
Melanie 29 juin 2017 at 9 h 19 min

Il tombe à pic cet article, Gaspard rentre à l’école en septembre. Et comme toi je me suis dit on laisse faire, me prenant au passage de sacrée remontrance de ma Pediatre (enfin ex pediatre) lors de l’examen des deux ans elle voulait que je commence la propreté. Je lui ai expliqué que je trouvais que c’était trop tôt et que vu mon état (enceinte de 7 mois) j’allais attendre un peu. De plus je m’étais renseigné sur le sujet et je savais que 2 ans c’était tôt. Elle a était très désagréable et n’a pas voulu entendre mes arguments et a remis en question mes soi disantes lecture. Suite à ça j’ai changé de médecin.
J’étais zen jusqu’à la réunion d’information de l’école, le sujet a été abordé vite fait et la conclusion était il est propre un point c’est tout. Gaspard est né mi-novembre il n’aura pas encore 3 ans à la rentrée.
Là j’ai commencé à stresser mais connaissant mon fils je sais que plus on le force plus il se braque. Il ne fait les choses que si il l’a décidé (comme pour la marche et le langage). Alors j’ai tout un tas de livres, je lui propose le pot. Et j’ai lu qu’il fallait leur laisser de l’intimité donc pas de pot au milieu du salon. Avant hier soir il faisait des prout je lui ai proposé le pot (dans les toilettes avec la porte fermée) et bingo la totale en plus. On l’a félicité et je lui ai demandé son accord pour le jeter dans les toilettes (une grosse angoisse pour les enfants, le caca qui part dans les toilettes). Il était ok, hier soir rebelotte. On va bien voir comment ca progresse.

Reply
Maman Sur Le Fil 29 juin 2017 at 9 h 20 min

Quel sujet compliqué ! La société met une pression folle aux parents (et par voie de conséquence aux enfants) concernant « la propreté »… Pression surement exacerbée par nombre d’écoles… J’avoue que la notre était assez coulante et bienveillante sur le sujet. Et tant mieux !
Mes 2 loulous n’ont été au pot qu’à quelques semaines de la rentrée mais en 15 jours c’était réglé… Quand ils sont prêts et physiquement et mentalement, et que c’est leur décision, il est vrai que généralement, c’est simple. Mon garçon a toujours refusé catégoriquement le pot et les toilettes jusqu’à ses 3 ans. Il l’a décidé et en 15 jours de temps, nous avons pu supprimer la couche le jour et la nuit. Pour ma fille, cela a été beaucoup plus laborieux la nuit.

Bref, restons à leur écoute pour pouvoir les guider sans les forcer (comme tu le dis si bien)…

Encore un bel article plein de bienveillance… merci à toi

Bonne journée

Virginie

Reply
Sinda 29 juin 2017 at 9 h 41 min

Bonjour,je suis une lectrice de l ombre je lis absolument tout tes articles parce que Little G me semble si similaire à mon fils de 3ans .Merci pour ce post au combien déculpabilisant ,je ne comprend vraiment pas cette pression faite aux enfants et parents en France ,a 3 ans il faut être propre ça me dépasse,heureusement que l on sait que chaque être humain est différent !!!!je vis en Autriche et mon fils est rentré à la maternelle à 2ans et demi et ce jusqu’à ces 6ans,ici pas d obligation pas de pression il porte des couches et ils ont tout à disposition pour le change .Et quelle soulagement vu ceux par quoi nous sommes passés depuis plus d un an ,un enfant terrorisé a l idée de faire caca suite à une constipation,j ai tt essayé ostheopathe changement de régime etc et ça commence tt juste à se dénouer.Chez lui tout ça est lie au stress et il ne fait caca que debout que ds sa couche pas la peine de parler du pot ,pour les pipi pas de pb mais le reste viendra quand comme il le dit lui meme quand il sera grand.Je ne sais pas comment j aurai pu gérer cette situation en France et ce manque d ouverture d esprit me choque sincèrement,alors on va attendre qu il soit prêt et ça viendra un jour.

Reply
greenxsquare 3 juillet 2017 at 18 h 54 min

En France, on aurait consideré que l’enfant avait un problème d’ordre médical, et là ça aurait été accepté sans soucis, avec éventuellement un projet d’accueil indivisualisé. ça aurait mis l’enfant à part, ses camarades se seraient peut-être beaucoup moqué de lui… Vive la France !

Reply
Madame Lavande 29 juin 2017 at 9 h 57 min

J’adhère tout à fait a ton concept de les laisser vivre et on verra bien (bon comme tu dis la pression de l’école fait qu’on est bien obligé de s’y intéresser mais avant ça je suis partisante de faire confiance à mon bébé).
Malgré cela, à ma grande surprise, depuis 1 mois la Biscotte paraissait très intéressée par le contenu de sa couche et le mot caca a fait son apparition dans son vocabulaire. On a un peu réfléchi et puis on a décidé de sortir le pot, juste pour voir. Elle a tout de suite voulu s’asseoir dessus (en même temps en ce moment elle s’assoit sur tout ce qui est à sa hauteur, y compris le chien 😉 ) . Du coup le lendemain on a tenté sans la couche et depuis maintenant une semaine elle fait dans son pot 2 fois par jour. Elle ne réclame pas (en même temps à 15 mois c’est plutôt normal) mais faire sur le pot à l’air de beaucoup l’amuser. Donc je suis plutôt sereine sur la suite, on a encore 2 ans avant l’école alors je me dis que d’ici là elle aura bien appris à réclamer toute seule ! En attendant on la laisse faire 🙂

Reply
Aurélie 29 juin 2017 at 10 h 03 min

Ton article et tous les commentaires qui en découlent me rassurent. Mon fils va sur ses deux ans et demi. Il avait déjà tenté le pot l’été dernier parce que finalement tout le monde y va de son petit conseil et laisse à penser qu’il faudrait penser à la propreté. Cependant, après quelques essais réussis, il a tout de même fini par ne plus vouloir y aller, ni même s’asseoir dessus … J’ai donc laissé de côté. Le pot est à porter de main s’il le souhaite mais je me suis dit que s’il n’était pas prêt alors rien ne servait d’insister. Pour le moment, il ne montre pas vraiment de signes qui laisseraient penser que … même s’il y a quelques jours il a enfin voulu s’asseoir à nouveau dessus sans que je lui demande quoique ce soit. Je l’ai donc encouragé. Ton article m’encourage à ne pas lui mettre la pression de la société. De toute manière, il ne rentrera pas à l’école en septembre comme il n’a pas encore ses 3 ans. Nous avons donc encore un peu de temps pour faire les choses bien et en douceur. Merci pour ce témoignage encourageant !

Reply
Madame Bobette 29 juin 2017 at 10 h 09 min

Je trouve ton approche très douce et finalement très logique. Même si Tess n’a que 16 mois, je commence à me poser un peu la question. J’avoue que je n’avais pas penser à juste la laisser faire. Je pense que je tenterais comme ça en lui expliquant les choses et en positivant le fait « d’être propre ».
Par contre je crois que j’aurais paniqué avant mi-août pour une rentrée en septembre ^^

Reply
mamanlouve 3 juillet 2017 at 23 h 05 min

Haha nan mais en fait TOUT le monde te dit que les enfants sont propres pile avant la rentrée ! Parfois même la veille, tout se joue sur la fin très souvent c’est pour ça que je dis que j’aurais essayé de ne pas paniquer avant :))

Reply
le monde de jenn 29 juin 2017 at 10 h 26 min

Bonjour,
le discours classique des écoles… qui au fond n’ont pas tout à fait le droit de dire ça.
je crois qu’ils n’ont pas tellement le droit de refuser un enfant sous prétexte qu’il n’est pas « propre », encore moins à partir du moment ou il est inscrit.
bref. ma fille rentre aussi à l’école en septembre et qu’est ce que ça m’angoisse.
A bientôt.

Reply
Delphine 29 juin 2017 at 21 h 12 min

Tout à fait! Dès lors qu’un enfant est inscrit à l’école, on ne peut ni lui interdire l’accès ni l’exclure parce qu’il n’est pas « propre ». Les exclusions n’existent pas d’ailleurs dans le 1er degré. Aucune crainte à avoir donc ceci dit,mon fils rentre aussi à l’école en septembre et il porte toujours des couches. Il va au pot de temps en temps et peut rester au sec plusieurs heures mais cest pas encore ca.j’avoue que je commençai à m’inquiéter. Mercredi, visite de l’école et qu’en en parle à sa future maîtresse elle me dit: »oh vous inquiétez pas pour ça, ça viendra quand il sera prêt. Inutile de le braquer. Mettez lui des couches culottes et il le sera de lui même avec les copains « . C’est rassurant, il ne sera pas stigmatisé s’il n’est pas prêt

Reply
mamanlouve 3 juillet 2017 at 23 h 04 min

Alors justement, à cette réunion, la directrice a bien précisé qu’une circulaire départementale les autorisait à exclure les enfants qui ne seraient pas propres….Le fils de ma fleuriste (oui je sais ça fait un peu cliché!) s’est fait exclure à cause de cela…elle l’a fait garder par ses parents pendant 2 mois avant de retourner à l’école….Scandaleux

Reply
Mélina 29 juin 2017 at 10 h 37 min

Je vous remercie pour votre article, je me sens moins seule. Mon mari et moi on a fait exactement la même chose que vous on a écouté notre fils. C’est lui qui a décidé du jour au lendemain il était propre. Il rentre à l’école en septembre.

Reply
mesange_paris 29 juin 2017 at 12 h 11 min

Comme tu le dis, à chacun sa technique! On ne connaît pas d’enfant de toute façon qui n’ait pas été propre au moment de l’école et je sais qu’au pire ceux qui ne le sont pas le jour de la rentrée le deviennent curieusement en 24 heures. Comme quoi, tout est dans la tête 😉
En revanche il faut bien qu’il y en ait certains qui deviennent plus vite propres que d’autres pour donner l’idée aux autres, à la crèche ou ailleurs! 😉
Je comprends cependant le message de l’école bien qu’il ait pu être dit de façon indélicate… Nous avons la chance d’avoir un pays où les enfants peuvent tous entrer à l’école gratuitement à trois ans, être pris en charge toute la journée, découvrir des tas d’activités intéressantes…(C’est quand même une spécificité française!) Les maîtresses et maîtres ont beaucoup de mérite et je trouve naturel qu’ils ne considèrent pas de leur boulot de nettoyer des pipis par terre toute la journée.
Mais à mon avis la directrice a dit ça pour mettre un peu la pression, car dans l’école de mes enfants, il y a de temps en temps des accidents tout au long de l’année de petite maternelle et la maîtresse et l’ATSEM changent gentiment les enfants sans jamais faire de réflexion désagréable (heureusement).

Reply
Summer Girl 29 juin 2017 at 12 h 39 min

C’est génial quand ça se passe comme ça, simplement, sans pression. C’est sans le vouloir un gros soulagement avant la rentrée à l’école..
Notre Little G du haut de ses 21 mois commence à aller sérieusement sur le pot (à sa demande), et parfois même sur les toilettes, confidence du jour : Little G a fait son premier caca dans le pot ce matin!!! mais chut ça reste entre nous 😉

Reply
Lily 29 juin 2017 at 13 h 14 min

Ton article me donne envie de pleurer… Qu’est-ce que j’aurais aimé que ça se passe comme ça !
Jeune maman ingénue, je me suis laissée prendre par les pratiques de ma belle-famille où on met les bébés sur le pot dès qu’ils tiennent assis, et où ils sont propres à 2 ans.
Sauf que le mien, clairement ça ne l’intéressait pas, voire ça a créé un rejet du pot en pleine phase d’opposition… J’ai tout essayé, livres thématiques, pot dans le salon, réducteur, jolis slips, tout ça… rien n’y a fait.
Il recommence tout juste à aller sur le pot, parce que son frère (15 mois), y va de lui-même, comme un jeu, et que du coup ça motive le grand. Le cercle vicieux 😉
On me dit, « il sera propre cet été », mais la maîtresse d’école m’a vraiment stressé et je projette ce stress sur mon fils, c’est vraiment un des aspects de l’éducation de mon enfant que j’ai conscience de rater dans les grandes largeurs…
Bref, bravo à toi d’avoir si bien géré ça 🙂 la zenitude c’est la vie !!

Reply
pellicule de vie 29 juin 2017 at 13 h 26 min

Ici en Belgique, il accepte les enfants même is ils ne sont pas propre (ce n’est pas pour toutes les écoles). Mais comme toi, je laisse faire. C’est clair que la première fois que l’on est parents, on se pose un tas de questions. Au départ, j’essayais le pot mais clairement il en avait peur. Donc j’ai laissé tombé et il est devenu propre car il avait fait dans son slip. A cause et grâce aux éducatrices de la plaine. Il avait 3 ans. Mon 2e c’est grâce à l’école, voir les autres petits copains aller à la toilette, il avait 3 ans aussi. Et ici le dernier je laisse faire.. Bel article qui pourra certainement aider certains parents stressés :). Bisous :*

Reply
Eloise 29 juin 2017 at 14 h 56 min

Au final, vous n’avez pas rien fait puisque vous l’avez inscrit en crêche, là où il a vu des copains/copines s’initier, mettre des caleçons. c’est cet intérêt qui l’a amené à testé quand lui avait envie mais s’il avait été chez toi, seul, sans mimétisme à faire, tu aurais bien du l’initier… Du coup c’était top comme ça. des copains font l’effort, lui ça l’intrigue et quand il se se prêt, hop, nickel! du coup merci aux parents plus stricts qui ont mis les copains à l’essai avant hahaha. et puis pour l’école je me demande si les parents accepteraient de payer plus cher pour qu’on accepte leur enfant pas encore propres parce que l’école s’en fiche de la propreté en elle-même, le soucis c’est l’atsem qui doit l’accompagner ou le changer, du coup des autres enfants ne sont pas surveillés ou aidés. c’est juste logistique quoi. et puis dernière question! Comment sait-on à quel âge un enfant sent l’envie de propreté?? toi c’est avant 3 ans parce que mimétisme des autres qui essaient avant l’école. on pourrait penser que c’est vers minimum 2ans et demi donc. mais avant, ils rentraient tous à 2ans, alors c’était plutôt vers 1an et demi minimum… ce ne serait pas fixe en fait… interessant comme question pour moi =)

Reply
prettylittletruth 29 juin 2017 at 15 h 14 min

Super et completement d’accord avec toi. Une de mes amie a voulu absolument forcer sa fille a etre propre des 12-15 mois. S’en sont suivi des genres de petits traumatismes pour la petite au point de refuser d’entrer dans la salle de bain de peur qu’on la mette sur les toilettes. Elle a 3 ans et demi maintenant et n’est toujours pas propre, loin de la! 🙂

Reply
L'école maternelle la première année - Petite Section - L'apprentie Mariée 29 juin 2017 at 18 h 01 min

[…] qu’il est propre ? ». Je lisait justement ce matin un article à ce sujet sur le blog de Maman Louve que j’adore <3 […]

Reply
Maman Fatiguée 29 juin 2017 at 19 h 05 min

C’est vraiment super que tout ce soit passé si bien. Pour Petit Chou ca a été comme pour Little G (sauf qu’on ne s’y été pas du tout préparé car il n’avait pas encore 2 ans). Pour Petit Lou ca a été plus compliqué, il a voulu enlevé la couche il y a 6 mois un soir avant de se coucher, aucun problème pour la nuit, il a été propre de suite. Par contre la journée c’est seulement depuis 2 semaines qu’il s’est vraiment décidé à aller aux toilettes/pot (sauf que depuis 6 mois il ne voulait plus de couche et on devait le changer 4/5 fois par jours…
On lui a reproposé la couche a un moment mais il se retenait quand il en avait une.

En bref, il s’est décidé tout seul du moment où il a voulu enlever ses couches ET du moment où il a voulu aller aux toilettes!

Reply
Amandine 29 juin 2017 at 20 h 58 min

Bonsoir. Votre post m’a interpelée. Je vous lis souvent mais la je me retrouve encore plus dans votre article!
Nous avons vécu la même chose que vous il y a quelques semaines.
Ma fille a 2 ans et deux mois. Elle est propre pour le caca depuis qu’elle a 16mois. Mais pour le pipi à chaque fois qu’on essayait il y avait un accident. Ca se voyait elle ne se contrôlait pas du tout. Le pédiatre m’a dit un jour: Laissez faire, ca viendra tout seul quand elle aura le déclic. Avant deux ans ils ont déjà plein de choses à assimiler alors laissez la tranquille. Et tout viendra d’elle quand elle s’en sentira prête »
Je trouvais ça bizarre mais finalement c’est bien ce qui est arrivé. J’ai remarqué quelques jours avant le déclic que notre fille regardait sa couche quand elle faisait pipi (1er signal encourageant!). Lorsqu’on touchait la couche de l’extérieur on devinait quelle venait de faire. Puis un samedi après midi « maman je veux une culotte. Pas de couche »
On a tenté et la Bingo. « Maman pipi » et op un pipi sur le pot. Puis un deuxième un troisième etc! On était tellement fiers que désormais à chaque fois qu’elle fait pipi dans le pot elle crit SUPEEEEER GROS PIPIIIII!!! On avait tellement peur que ca ne tienne pas qu’on a tout misé sur les félicitations etc etc!
On a « briefé » la nounou et maintenant voilà 3 semaines qu’on porte des culottes Minnie!!!!!
Il faut qu’on arrête de se mettre la pression, chaque enfant à son rythme.
Merci en tout cas pour vos articles
Bonne soirée

Reply
Picou 29 juin 2017 at 21 h 19 min

Exactement ce que j’en pense! Ma grande a été « propre » à 2 ans et 9 mois, du jour au lendemain nuit et jour sans jamais d’accidents ou presque. Elle avait décidé, et ça changeait tout. Du coup rebelote pour ma Bouclette qui n’est pas intéressée le moins du monde à 2 ans et demi (à vrai dire elle s’y est intéressée avant l’hiver, puis elle a vu son caca sans le pot ça l’a terrorisée la pauvre!). Comme en plus elle n’ira pas à l’école en septembre, comme elle est de janvier, je vais la laisser aller tranquillement à son rythme. Et comme pour sa soeur je vais essayer de passer directement au réhausseur-toilettes, plutôt qu’au pot, c’est tellement plus pratique!!

Reply
marmottine 30 juin 2017 at 10 h 12 min

Je suis franchement de ton avis et je compte bien ne pas me laisser gagner par la hantise que ma fille ne soit pas propre en septembre 2018 ! Elle a manifesté très tôt l’envie d’aller au pot (à 15 mois, quand elle s’est décidée à marcher) et puis plus rien. Elle me le réclame, elle s’exprime très bien pour dire tout ce qu’elle veut, mais elle n’y fait plus rien. Bah tant pis, elle fera quand elle le souhaitera !
J’ai connu une petite fille à 2 ans tout juste qui devait être autonome car elle rentrait à l’école 6 mois plus tard. Je me souviens avoir été un peu choquée de voir ce petit bout essayer de mettre sa culotte toute seule. Je me souviens l’avoir regardé peinée, en me permettant de lui dire qu’elle pouvait s’asseoir pour se rhabiller car cela était plus simple. Je n’ai pas envie de voir une maman comme cela, face à moi en train de mettre la pression à mon enfant…

Reply
charlotte 30 juin 2017 at 18 h 02 min

C’est vrai que ne rien faire est une bonne option c’est venu tout seul ici aussi

Reply
Maym 30 juin 2017 at 20 h 53 min

Merci pour cet article. J’aurai aimé le lire il y a deux ans pour ne pas céder à des pressions extérieurs et ne pas paniquer, ce qui a été contre productif au final. C’est un point de vue à partager, sans modération !!!!

Reply
Stéphanie 2 juillet 2017 at 12 h 26 min

Mon fils était propre depuis des mois, mais quand il est rentré à l’école il a recommencé à avoir des accidents à la sieste jusqu’à la Toussaint (pas tous les jours, pas toutes les semaines) et ça n’a jamais posé problème à l’école. Le soucis c’est que contrairement à la maison ou à la crèche, ils ne sont pas libres d’aller aux WC quand ils veulent. Il y a des moments pour y aller (la classe entière..) que cela corresponde à leur envie ou non, et puis vérifier à 2 adultes que les 26 enfants ont bien fait pipi avant la sieste ce n’est pas possible. D’autant que mon fils comme d’autres camarades se retenait pour ne pas faire en public au début. Bref, pour l’école il faut avant tout savoir se retenir et passer outre sa pudeur..

Reply
elisa 4 juillet 2017 at 14 h 29 min

raaaa je suis en plein dedans…alors qu’il n’a que 16 mois !!! Je me dit toujours d’ailleurs que « propre » est assez….impropre à la situation. comme si faire ses besoins était mal. bref ma grand mère me sort qu’à son époque on mettait les bébés sur le pot dès 6 mois, patati patata, mais ne se souvient pas que si mon oncle est allé sur le pot à 1,5 ans, ma mère seulement à 3 ans. Donc les conseils ont s’en fout et mince y’a pas le feu au lac, t’inquiète pas mamy il demandera bien assez vite à ce que tu vienne l’éssuyer 😉

Reply
Floriane 5 juillet 2017 at 16 h 49 min

Merci pour ce beau témoignage ! Et c’est allé tellement vite quand il s’est décidé, c’est super encourageant ! Mon fils a 27 mois et ça y est on commence à ressentir la pression… mais moi je le sais qu’il n’est pas prêt ! Alors à part lui avoir présenté le pot qui attend dans un coin, lui avoir acheté un livre racontant l’histoire d’un petit garçon qui va sur le pot… on attend patiemment 🙂 (Même si j’avoue que si je me mets à imaginer une vie sans couches, je ressens beaucoup d’impatience ! 😉 )

Reply
Comment, sans céder à la pression, j'ai décidé de faire confiance à mon enfant pour l'aider à devenir propre rapidement - MEDIAVOR 18 juillet 2017 at 6 h 48 min

[…] Ce billet est également publié sur le blog Maman Louve. […]

Reply

Leave a Comment