Côté mamanJe me questionne

Quand confier son enfant n’est pas chose facile …

posted by mamanlouve 10 novembre 2016 33 Comments

Il y a quelques semaines sur Instagram je vous disais que c’était devenu enfin possible pour moi de faire garder little G pour une nuit ou un week-end. Je vous avouais alors, même si je crois que ce n’est un secret pour personne, que pour moi tout ceci avait été un long chemin difficile. Vous avez été nombreuses à me confier vos peurs, vos blocages, à m’écrire, alors je me suis dit qu’un billet serait peut être approprié.

Enceinte de little G je n’avais pas vraiment pensé à tout cela, j’allais mettre au monde mon premier enfant c’était le plus important, l’idée de le faire garder ne m’effleurait même pas l’esprit ! Mais à la maternité j’ai été surprise par un sentiment étrange, je n’avais pas envie que quelqu’un d’autre que mon mari ou moi le prenne dans les bras, un truc un peu animal, il me fallait un peu de temps. À ce moment précis je me suis dit « oula il est pas encore là le jour où je vais pouvoir le laisser à quelqu’un ! ».

Quand little G a eu trois mois nous avions un mariage très important de prévu, le meilleur ami de mon mari, le parrain de notre fils. Le genre de pote à qui on ne peut pas dire qu’on ne vient pas et l’événement que nous même nous ne voulions pas manquer, mais alors que faire de little G ? Ce week-end là j’ai décidé de faire passer le bien de mon bébé avant le mien, j’avais la gastro (ouais on repassera sur faire un mariage avec une gastro, c’était vraiment formidable) et je me suis dit que c’était sûrement préférable de toute façon de ne pas l’emmener pour ne pas lui refiler, lui éviter un trajet crevant et une animation vraiment pas nécessaire pour un si petit. Je l’ai alors confié à ma maman, en qui j’ai toute confiance, mais mon coeur s’est vraiment déchiré.

J’ai eu l’impression de l’abandonner, je me demandais ce qu’il allait penser dans sa tête, si de son petit âge il pouvait déjà être certain que ses parents allaient revenir, s’il n’allait pas m’oublier (oui oui en 24h!)… Nous avons donc fait le minimum de temps sur place, c’était déjà beaucoup pour moi, j’ai mal dormi, j’ai passé une super soirée mais je voulais retrouver mon bébé un point c’est tout. Je crois avec le recul que je me suis un peu forcée à le faire pour ne pas perdre la face devant tout le monde. Je crois oui que je me suis forcée alors que je n’étais pas prête et c’est là tout le point…

Maman Louve-confier son enfant

Je pense que quand il est question de confier son enfant, quelque soit son âge il faut respecter que pour certains ce ne soit pas si simple et ne pas brusquer les choses. Je pense que pour nos familles cela a peut être été difficile de ne pas passer du temps seul à seul avec lui, mais je ne savais pas encore faire autrement à ce moment. C’est difficile d’être dans cette position, d’être cette mère louve incapable de laisser son petit et de devoir faire face aux remarques et demandes du type « et on peut l’avoir à dormir ? ». Cette question qu’on m’a pourtant posé qu’une seule fois mais qui m’a figé sur place. Je l’ai porté pendant 9 mois dans mon ventre, dans mes tripes, pourquoi voulez-vous que je m’en sépare une fois que je peux enfin le prendre dans mes bras ? C’était pour moi une aberration ! Excusez moi mais non je n’en ai pas envie, et je pense avoir bien le droit de profiter de mon bébé ! Ça, c’est ce que je me suis dit dans ma tête, mais en réalité j’ai oscillé entre ravaler mes larmes de colère de me mettre dans une telle situation et devoir presque m’excuser de ne pas pouvoir le faire.

J’étais une toute jeune maman, dépourvue de quelconque confiance en soi, en ses choix, je comprenais que ce soit important pour eux mais je ne pouvais pas leur donner ça. J’enviais tellement les mamans autour de moi qui n’avait aucun problème à le faire, mais alors pourquoi moi ça ne passe pas ? Pourquoi j’en suis incapable ? Par chance je suis entourée d’une famille et belle famille bienveillante et qui a très vite senti que c’était trop dur pour moi et ils m’ont laissé respirer et revenir doucement vers eux, et je les en remercie pour cette intelligence de coeur…Grâce à ce sas de décompression j’ai pu travailler tout doucement là dessus sans me sentir forcé de quoique ce soit.

Maman Louve-confier son enfant

L’entrée en crèche m’a aidé à y parvenir malgré la difficulté des débuts. J’ai eu la chance d’avoir une place et pour moi c’était hors de question d’y renoncer car je préférais vraiment ce mode de garde. Malheureusement comme pour beaucoup de parents les débuts ont été très durs, comment envisager de laisser son enfant à quelqu’un qu’on ne connaît pas, si même avec ses propres parents c’est dur ? J’ai alors décidé de le faire en douceur et la crèche a respecté mon choix…J’y suis allé à mon rythme, augmentant de demi heure en demi heure ses journées là bas, ce qui a fait beaucoup rire le personnel 🙂 C’est à ce moment là que j’ai pris la décision de ne pas retourner travailler en télé et de me lancer en freelance, pour pouvoir mieux concilier ma vie pro et perso, quitte à sacrifier une belle partie de salaire, mais le choix fut une telle évidence.

Si j’ai toujours eu du mal à confier mon bébé, nous n’avions pour autant pas envie de nous couper de toute vie sociale, si importante à notre équilibre. Alors nous avons mis en place un système super pendant plusieurs mois : nous couchions nous même little G chez mes parents, nous sortions et nous rentrions dormir là bas ! Ce fut bien sûr possible grâce au bon sommeil de little G. Ainsi j’avais tous les bons côtés et ça m’a beaucoup soulagé. Puis notre fils a grandi et j’ai commencé doucement à le laisser pour une nuit, à chaque mariage où nous étions invité, et des mariages on en a eu ! Et puis, petit à petit on se surprend à avoir une boule au ventre plus petite, on a des preuves que le monde ne s’arrête pas de tourner si on est pas là, cela se passe bien et on prend enfin du plaisir à le faire.

Little G a aujourd’hui 2 ans et 4 mois et je peux enfin dire que je suis totalement sereine de le confier pour une nuit parce que je sais qu’il va y passer un bon moment. C’est également un gros point qui m’a fait avancer dans ce sens, il est suffisamment grand pour se réjouir d’aller dormir chez ses grands parents et ça ça change tout pour moi ! Le plus dur c’est de se lancer, la première fois, ensuite il faut battre le fer tant qu’il est encore chaud sinon on repart un peu de la case départ ! Tout n’est pas encore si facile, j’ai du mal à agrandir mon champ de garde, ne me demandez pas de le laisser une semaine et l’idée d’une baby sitter ne m’effleure toujours pas l’esprit, mais je sens que je progresse malgré tout 🙂

Maman Louve-confier son enfant

Pour que tout ceci soit possible il faut également s’écouter et déterminer quand c’est le bon moment, le bon contexte ou non. Aucune maman ne devrait se sentir forcé de faire garder son enfant si elle n’en a pas encore le désir ou le besoin (à part malheureusement obligations professionnelles…). Je pense qu’il faut oser dire les choses à sa famille, même si elles sont difficile parfois à entendre ! Pour mon deuxième enfant je risque de passer par le même processus, je risque sûrement de ne pas réussir à confier mon petit bébé très vite… Mais pour le coup je sais que ce sera beaucoup plus assumé que pour little G, que j’aurais beaucoup moins de mal à expliquer que c’est trop tôt pour moi, sans me confondre en excuse car j’ai pris de l’assurance dans mon rôle de maman.

Mais je pense aussi que tout ceci a ses limites… Qu’il est à nous de se poser les bonnes questions, de se demander pourquoi est-ce si dur, quel est le vrai problème, qu’est ce qui nous bloque et d’essayer de travailler dessus, si on en a la volonté toujours ! Se dire que ce n’est pas une punition pour l’enfant, bien au contraire. Essayer de le faire progressivement si c’est plus facile ainsi, d’essayer d’avoir confiance en sa famille ou la personne à qui on le confie et surtout ne pas attendre que la personne qui garde votre enfant fasse exactement comme vous faite ! Cela ne se passera jamais « comme à la maison » et c’est une richesse pour l’enfant qui découvrira d’autres façons de faire et qui s’adaptera de façon insoupçonnée. Tant que les rituels importants pour l’enfant sont respectés, surtout bébé, c’est le principal, pour le reste il faut apprendre à faire confiance.

Tout ceci pour dire que je ne jugerai jamais une maman qui a du mal à se séparer de son enfant, je suis trop bien placée pour savoir que ça peut être vraiment difficile ! Mais maintenant avec un peu de recul sur la situation je pense que c’est une séparation nécessaire, pour la maman, pour le couple, pour l’enfant et pour la famille en général. Un enfant se construit de différentes manières et pas seulement dans le regard de ses parents, cela ne doit pas être son seul miroir à mon sens. Je pense que c’est important pour little G de passer du temps avec ces personnes qui constituent notre famille que ce soit pour 1h ou une nuit, c’est important pour nous deux en tant que couple de passer du temps rien qu’ensemble et je sais qu’il se fabrique de chouettes souvenirs, comme moi je peux en avoir de mon enfance. Une fois que j’ai compris que c’était également important pour lui, pour son épanouissement j’ai pu enfin me libérer de quelque chose. Oui je suis sa maman mais je ne suis pas la seule personne de sa vie. Cela a mis beaucoup de temps avant d’en arriver là mais je sais qu’aujourd’hui je me sens bien plus légère.

Maman Louve-confier son enfant

Aux mamans qui ont du mal à lâcher leurs petits j’avais juste envie de vous dire de vous écouter, de vous affirmer, vous seules savez ce dont vous êtes capables ou non. On ne peut pas forcer quelqu’un à le faire si cela ne vient pas de lui-même, pour certaines personnes cela prend juste un peu plus de temps que pour d’autres mais ce jour viendra et pour le plus grand bonheur de tout le monde. Enfin, il faut essayer de ne pas oublier qu’on ne peut pas élever nos enfants sous cloche et il faut accepter que leur bonheur passe aussi par les autres, même si la maman restera toujours la maman 🙂

Beau week-end prolongé à tous,

Je vous embrasse,

*** Flore ***

Rendez-vous sur Hellocoton !

33 Comments

Miettes de vie 10 novembre 2016 at 9 h 56 min

Tu as de la chance d’avoir une belle famille compréhensive sur ce point la … La mienne c’est une tout autre histoire.
Je ne leur ai jamais laissé (à contrario de mes parents qui eux ont compris que je leur laisserai le petit quand je serai prête) car pour eux c’était presque normal ou obligatoire de leur laisser le petit un weekend dès sa naissance … Mais bien sur … Il y a eu pleins de remarques désobligeantes, envers moi, que j’étais superprotectrice, que je les privais de leur petit fils etc … Mais je n’aime pas que l’on me mette la pression et surtout que l’on choisisse pour moi (la belle mère pense que tout lui est permis avec Liam, comme me le prendre des bras sans demander, ou quand je dis a Liam de me donner la main, elle lui prend vite elle pour pas qu’il soit avec moi si elle est la …) Je suis comme toi, je pense avoir le droit de choisir ce que je veux pour mon fils et surtout j’aimerai que les personnes le respecte. Ma mère a su me mettre en confiance, en le gardant 1h, puis 2 etc … Jusqu’à ce qu’il passe les vacances la bas entièrement (et quand je le vois avec mes parents, je me dis que j’ai bien fait lol il est en love devant eux). Elle a attendu à chaque fois que ce soit moi qui lui demande, elle ne m’a rien imposé.

Et à cause de ce probleme, j’ai ma belle famille qui ne me parle plus ou presque …. ainsi qu’à mon mari qui est leur propre fils quand meme …

Alors moi, je dis haut et fort aux mamans et futures mamans : c’est a vous de choisir quand vous êtes prêtes, personne n’a le droit de vous dire le contraire ! Vous etes la maman un point c’est tout <3

Reply
DeboBrico 10 novembre 2016 at 10 h 18 min

C’est rigolo, ce n’est pas trop un sentiment que j’ai éprouvé, je dois être moins louve justement. C’est certain que les premières fois sont dures, et surtout ce retour au travail avec les 3 mois de mes bébés ça a été une vraie déchirure… Mais j’étais tiraillée en moi même car j’avais aussi envie de renouer avec ma vie sociale et professionnelle. Ma chance ça a été mes enfants c’est certain, car ils ont toujours eu l’air bien où je les posais, ils ne m’ont jamais fait « payer » mes départs, et je les remercie pour ça, ça a grandement faciliter les choses. Je ne serais toujours pas capable de les laisser une semaine (alors que mon grand à 6 ans!!), mais quelques jours cela ne me pose pas de soucis et c’est confortable aujourd’hui de savoir que ces moments de garde sont bien huilés que tout le monde s’en va serein!

Reply
Pellicule de vie 10 novembre 2016 at 10 h 34 min

Tu as bien fait de faire ce bel article, il parle à beaucoup d’entre nous.. Quand le premier est né, il a passé plusieurs heures quand on sortait chez ma mère, ma belle-famille.. Des journées aussi parce qu’on travaillait. Mais c’est vrai que le fait que bébé aille dormir ailleurs a toujours été très difficile. On l’a fait « pour faire plaisir à mes beaux-parents » quand il le demandait car sinon on avait droit à des réflexions et à ce qu’ils tirent une tête jusque par terre car ils ne comprenaient pas (et n’essayait même pas!). Cela nous a vraiment frustré! Ma mère par contre, a été compréhensible car elle faisait le même avec moi. Je n’ai jamais dormi une seule fois chez mes grands-parents. Mon mari a beaucoup vécu avec ses grands-parents donc pour lui, il n’était pas question que son fils aille dormir ailleurs. Enfin voilà, on ne changera sûrement pas et nos enfants s’en portent très bien ;).

Reply
hervy 10 novembre 2016 at 10 h 34 min

j’ai été comme vous quand ma fille étais bébé,j’étais pareil très fusionnelle, je l’endormais dans mes bras, je jouais énormément avec elle,alors qu’elle le demandais pas forcément.et pareil j’ai eu du mal à la faire garder.mais à ses 6 mois j’ai repris le travail, je travail de nuit, et donc j’avais besoin de soufler donc je l’ai fais garder 1h tout les matins chez la nounou.et elle étais vraiment ravi en plus la nounou me ressemblait beaucoup dans ce que je voulais apporter a ma fille très pédagogue.et ma fille quand je l’emmenais bon certe au debut elle pleurais mais la nounou m’envoyais toujours une photo de ma fille entrain de jouer pour montrer qu’elle allait bien.et en grandissant ma fille me mettais carrément à la porte de chez la nounou.elle fermais la porte derriere moi.toute maman aurais pu être vexé, mais moi j’ai été ravi je me suis dis c’est qu’elle y étais bien.pour ce qui est des grand parents j’ai eu plus de mal car j’ai eu l’impression qu’ils voulais me prendre ma place de mère d’ailleurs même quand j’étais là ils accouraient pour s’en occuper, et me surveillais tout le temps.maintenant que ma fille parle (enfin ça fais un moment) donc c’est elle qui fais la demande pour aller voir papy et mamy et donc elle dort là bas sans aucun soucis.elle est très proche de ses grand parents.mais c’est vrai que bébé j’avais peur que ma fille pense que ses grand parents etaient ses parents s’ils s’en occupaient trop.et c’est vrai qu’au début ils me disaient toujours fais comme ça.a notre époque on utilisais pas du liniment…mais un jour j’en pouvais plus car ils m’appelaient même pour savoir si je donnais bien le sein a t’elle heure et pas avant, si je la laissait pas trop au sein.et un jour enfin plusieurs fois j’ai mis le hola et maintenant tout va bien. j’espere qu’ils seront pas pareil pour le 2eme

Reply
Marie 10 novembre 2016 at 10 h 37 min

Comme je suis d’accord avec toi! Et finalement tu n’as pas mis tant de temps que ça à le laisser dormir chez ses grands-parents, il n’a que 2 ans après tout. Moi aussi j’ai la chance d’avoir une famille très compréhensive mais ce qui m’insupportait c’était les remarques des copains (qui biensûr n’avaient pas encore d’enfants) qui lorsqu’on quittait la soirée à minuit (histoire que les grands-parents qui gardaient notre loulou à la maison ne se couchent pas non plus à des heures indécentes…) nous faisaient la remarque : mais pourquoi vous ne le laissez pas dormir chez les grands-parents? Il faut lui apprendre très tôt sinon il ne voudra jamais dormir en dehors de chez lui ! Oui et bien on en reparlera quand vous aurez des enfants! Je ne disais rien mais j’étais profondément en colère! Aujourd’hui notre loulou à 2 ans et demi et depuis ses 18 mois, il passe facilement une semaine entière chez ses grands-parents! Et il n’y a pas de soucis pour qu’il dorme ailleurs! Alors que chacun s’écoute et prenne son temps !! Mille mercis pour cet article qui m’aide aussi beaucoup à ne pas culpabiliser !

Reply
Sarah 10 novembre 2016 at 10 h 48 min

A faire lire à toutes les futures mamans, les jeunes mamans… et aux mamies !! Si jamais elles oublient que peut-être pour elles aussi à un moment ça n’a pas été facile de laisser leur petit…

Merci pour cet article et beaucoup d’autres qui me ressemblent et m’ont fait beaucoup de bien…

Reply
Flore 10 novembre 2016 at 10 h 58 min

Comme je te comprends … Nous avons eu beaucoup de mal mon chéri et moi à laisser notre fils. On a des parents qui ont été assez compréhensif et ont patienté pour l’avoir garder ne serais-ce que 24h. Nous avions les mêmes techniques que vous pour le laisser une soirée … On se disait « son rituel du soir tous les 3 tranquille sur le lit… c’est important pour lui » alors hop on filait une fois qu’il dormait.
Par contre j’ai eu la sensation que notre fils nous a aidé à passer ce cap … Le blocage venait surtout du papa et moi … On y arrivait pas. On avait envie de s’accorder du temps mais l’idée de le laisser nous a fait repousser ses moments à 2.
Léandre nous a aidé car jamais il a pleuré quand on le laissait chez nos parents, à chaque coup tout se passait bien.
J’ai eu l’impression en te lisant qu’avec ton Little G ce fut le cas aussi… J’ai souvent eu cette sensation qu’il m’aidait à passer certaines étapes de ma vie de maman.

Reply
Julie-Monade 10 novembre 2016 at 11 h 48 min

Quand mon fils est né ça me paraissait insurmontable de le voir dans les bras des autres, même ceux du papa. Mais j’ai laissé faire parce que je n’étais pas la seule a décider, si lui ça lui allait tant mieux, sinon il le faisait très bien comprendre.
Par contre, ma belle mère a reçu en cadeau de la part de ses amis un lit parapluie, pour les nuits chez elle. Quand j’ai vu ça un panneau « Non mais ça va pas la tête? Tu crois que je vais te le laisser à dormir mon gosse? » à dû s’allumer sur ma tête tellement il était hors de question pour moi que mon enfant approche ce lit. J’ai rien dit, mais résultat mon fils n’a encore jamais été gardé par ma belle mère. Il ira passer la nuit chez elle quand il sera à même de le demander et être motivé.
Pour mes parents c’est autre chose. Ils comprennent très bien que je n’arrive pas à lâcher mes mômes. Mon père m’a même clairement dit que selon lui, la place d’un bébé est avec sa maman, point. Donc pour le coup, quand je leur laisse mon fils, je suis tranquille. Ils l’ont longtemps gardé quand le papa et moi bossions les mêmes jours, et ils vont bientôt s’occuper de ma fille.
Mais tout petit je trouve ça dur de confier ses enfants à plein de gens tout le temps. Ils ont besoin de voir du monde évidement, mais à mon sens à petite dose, et en ayant la possibilité de créer de vrais liens et une vraie intimité avec chacun.

Reply
Emma June 10 novembre 2016 at 12 h 02 min

Pareillement!
J’ai beaucoup évolué dans mon cheminement de maman et petit, il était impossible pour moi de me séparer de mon fils.
Et puis, petit à petit, prendre sur soi, se rendre compte qu’il passe de bons moments, qu’il évolue sans nous, et que nous, on peut se ressourcer, se retrouver sans lui.
Maintenant, il a 5 ans et demi et il passe une semaine chez ses grands parents en vacances sans souci. Je suis contente pour lui car je sais qu’il y est bien et je suis contente de le retrouver aussi!
Bref, moi non plus je ne juge pas les mères qui ont du mal à confier leur enfant: lâcher un bout de soi, c’est compliqué.

Reply
charlotte 10 novembre 2016 at 12 h 35 min

Je laisse facilement mon ainé de 3 ans et demi le plus souvent chez sa mamie car je sais qu’il va passer un super moment mais la petite c’est plus difficile, j’ai été obligé de le faire à ses 1 mois et demi pour un baptème où je devais prendre l’avion ect. Mon père l’a gardé ça s’est bien passé mais quel culpabilité et quel manque j’ai ressenti. On est toutes pareils je pense après on le vit plus ou moins bien.

Reply
Lisa 10 novembre 2016 at 13 h 24 min

J’ai eu aussi beaucoup de mal à laisser bébé les premiers mois, la reprise au travail notamment a été super dure, j’ai beaucoup culpabilisé et du coup pour compenser je ne pouvais imaginer de ne pas passer tout mon temps libre avec mon fils. Ensuite j’ai compris qu’il fallait trouver un équilibre pour tout le monde et que c’était important aussi qu’on ait des moments de couple, des moments pour soi… Le soucis que l’on a c’est que l’on est assez seul, nos deux familles vivent à l’étranger, nos amis sont également éparpillés et dans la ville où nous habitons nous avons seulement de bonnes connaissances, de bons voisins. Cela me rend souvent triste que notre enfant ne grandisse pas avec ses cousins, cousines, qu’il puisse partager de bons moments avec ses grands parents, oncles et tantes…

Reply
Misscouette 10 novembre 2016 at 13 h 36 min

Je comprends cette angoisse même si ce n’est pas aussi fort et je suis totalement d’accord avec le fait que cette séparation est nécessaire.
Nous avons eu la chance de tomber sur une assistante maternelle extraordinaire mais c’est vrai que les débuts ont été très difficiles surtout que je me suis sentie complètement contrainte en raisons de mes obligations professionnelles.
Avec le recul, je ne regrette rien et maintenant je n’ai pas de problème pour la laisser à quelqu’un hormis à ceux qui ne partagent pas mes « principes » éducatifs.
Maintenant, il faut également admettre que beaucoup de mamans ont un comportement réellement pathologique avec leur enfant au point de le garder H24 dans les bras et d’écarter toutes personnes qui pourrait les séparer 5 secondes, c’est flippant !

Reply
Summer Girl 10 novembre 2016 at 14 h 56 min

Je n’ai pas eu trop de mal à laisser MIster M en tout cas à ma mère aucun problème, belle maman c’était différent, mon bébé se mettait à hurler dès qu’il la voyait, elle se précipitait pour le prendre de mes bras alors qu’il n’avait pas envie, ça a duré plus d’un an quand même. On aurait pu penser que ça venait de moi mais ce qui me rassurait c’est qu’avec mon mari c’était pareil, si il allait voir ses parents, Mister M se mettait à pleurer pour ne pas qu’il le laisse. Et puis en grandissant heureusement ça s’est arrangé mais il faut reconnaître que ma belle-mère n’est pas câline, elle s’en occupe très bien mais pour les câlins c’est chez beau papa que ça se passe. Pour Little G je ne l’ai pas confié tout simplement parce que je l’ai allaité pendant 6 mois, je le laissais rapidement à ma mère 2 ou 3h pour m’échapper mais en tout cas c’était un plaisir de lui confier. Encore aujourd’hui (mais chut ça reste entre nous) à choisir je confie mon grand à ma mère qui lui fait faire des activités et Little G à mon beau père qui le câline si bien <3
J'ai une amie qui ne voulait pas qu'on approche son fils c'était animal, instinctif, surprenant mais j'ai respecté ça, elle le mettait en écharpe de portage dès qu'elle arrivait et te faisait les yeux noirs quand tu entrais en interaction avec son bébé. On est toutes différentes, on a toutes notre passé et notre histoire personnelle qui se révèle souvent après la grossesse. Avec le recul que tu as, tu sais dorénavant que pour ta petite fée les choses seront très certainement différentes. Des bisous

Reply
Mamanchloe 10 novembre 2016 at 16 h 26 min

Tu sais à quel point ton billet raisonne en moi 😉 J’avance tout doucement sur le chemin de la « séparation » avec mon petit G et je crois en moi pour pouvoir un jour le laisser une nuit ou plus chez ses grands-parents ! Merci pour ton article qui fera déculpabiliser plus d’une maman ! 🙂

Reply
Vanessa 10 novembre 2016 at 18 h 02 min

Je me reconnais bien dans ton billet! Je n’ai réussi à confier Olivia qu’à six mois et ça ne pouvait être qu’à ma mère. Je ne pouvais pas la laisser à quelqu’un d’autre. Elle a 22 mois aujourd’hui et il est toujours difficile pour moi de la laisser. Quand je la confie l’un des membres de notre famille, c’est difficile mais je sais qu’elle sera bien et qu’elle va s’amuser. Elle adore ça même ! Alors je prends sur moi.Les premiers temps, c’était comme si il me manquait un petit bout de moi. Je me fiche pas mal de ce que les gens pense, le plus important c’est qu’elle soit bien et que moi aussi.
Très bel article!
Vive les mamans louves.

Reply
Stéphanie 10 novembre 2016 at 20 h 26 min

Ouf ça me rassure complètement de lire ces lignes! Justement je me demandais si je n’étais pas trop fusionnel avec ma fille qui a 4 mois. J’ai la chance de ne pas avoir repris le travail donc je la garde 24h/24. J’ai eu déjà énormément de mal à programmer mes séances de kiné et devoir la laisser 1h 2 fois par semaine pour aller faire ma rééducation du périnée à ma mère ou ma belle-mère! Lorsque je suis revenue la première fois elle avait l’odeur du parfum de ma mère sur elle. Ca m’avait tellement contrarié que j’avais qu’une seule envie: lui faire prendre un bain pour enlever cette odeur qui n’était pas la mienne! Bref, merci pour cet article qui me conforte dans mon choix de ne pas me forcer et d’y aller doucement, à mon rythme^^

Reply
Un instant de bonheur 10 novembre 2016 at 21 h 45 min

Oh comme je te comprends!
Je suis dans le même cas que toi. Mon petit a 14 mois et je n’arrive toujours pas à le laisser. Tout comme toi on l’a fait une nuit, on l’a couché chez mes parents, on est sorti et on est rentrer dormir là bas pour être là à son réveil. Je n’ai pour le moment pas réussi à faire plus! Je ne m’en sens pas capable et c’est souvent un sujet de dispute avec l’amoureux car il aimerait que l’on se retrouve un peu rien que tous les deux. Le weekend dernier je l’ai laissé une journée à mes parents, nous avons donc profiter en amoureux 🙂 Tout doucement j’y arriverai…
Ma meilleure amie m’en veut également, car maman de 2 enfants elle a toujours réussi sans problème à les laisser pour venir passer plusieurs chez moi, mais moi je suis incapable de le faire ne serait ce que pour passer une nuit chez elle.

Reply
Mélissa 11 novembre 2016 at 0 h 12 min

Oh la la comme je partage tellement tes différents points de vue !
Je suis totalement d’accord sur le fait que…., enfin sur tout ce que tu as écrit en fait ! 🙂

Reply
Sylvie S. 11 novembre 2016 at 0 h 20 min

Alalalalala bichette <3

Reply
Delphine 11 novembre 2016 at 7 h 25 min

Je lis ce message alors que je pars travailler, et oui un jour férié…vive le commerce , mon chéri part en weekend et du coup ma belle-mère s occupe de Ma bestiole. C est extremement compliqué pour moi de lui laisser, car oui en effet elle veut s approprier mon fils et eprouve de la jalousie envers mes parents. Ce n est qu à l age de 10 mois que j ai laissé mon fils une nuit chez mes parents ainsi qu’une partie de mon coeur.Le lendemain on a bien vu qu il avait survécu et qu il était très bien avec mes parents.Ils ont su me laisser du temps et m ont rassuré pour que je franchisse cette étape.Mais tout le monde ne sait pas le faire. Que j’aprehende cette journée!! Merci pour tes conseils!

Reply
Justine 11 novembre 2016 at 11 h 30 min

Merci flore, grâce à toi je me sens moins seule… Ma petite perle a 14mois et s’est encore si difficile pour moi de la laisser à d’autres personnes que mes parents. Je prend beaucoup de réflexions comme quoi « il faut que je l’a laisse! , « Que je n’ai pas confiance en ma belle mère » (en l’occurrence c’est la vérité) mais je n’y arrive vraiment pas, rien que de l’imaginer ça me fend le cœur Je pense que le chemin sera long encore, je me dis comme toi que lorsqu’elle sera en age de mettre des mots sur ses envies cela sera plus simple pour moi mais pour le moment j’ai l’impression de lui imposer les choses et c’est juste pas possible pour moi. Malheureusement les gens n’ont pas tous le même degré de compréhension et se sentent persécutés, se suivent les sentiments de jalousie, de colère , de méchanceté gratuite. Je grossis peut être un peu le tableau mais je trouve tellement dommage de ne pas comprendre cette fusion qui me lie et qui pour le moment m’empêche d’élargir le mode de garde pour ma petite puce. Nous sommes toutes différentes mais pourquoi toujours porter un jugement à la maman que l’on ai… Peut être que le temps me permettra comme toi, flore, de donner à garder ma fille un peu plus de temps à d’autres personnes.. Je te remercie pour ton billet qui résonne si bien en moi.
Doux week end entouré de tes précieux

Reply
Allychachoo - Famille en chantier 11 novembre 2016 at 15 h 42 min

Merci pour ton témoignage, c’est toujours étonnant pour moi à lire car c’est vraiment un sentiment que je ne « comprends » pas car je ne l’ai jamais connu… J’imagine bien qu’il y a beaucoup de choses qui rentrent en compte dans ce genre de situation. Déjà, j’ai été séparée de mon fils à la naissance, je ne l’ai eu avec moi à temps complet que 5 semaines + tard, puis il a été hospitalisé de nouveau… Etre éloigné de lui a tout de suite été mon quotidien, je me dis que cela du jouer sur le fait que je n’ai pas ressenti cette « fusion ».

Reply
Lysistrata 11 novembre 2016 at 21 h 11 min

Bah ma foi ce n’est pas une obligation à tout prix de « laisser » son enfant pour une nuit, ou pour un week-end, ou pour un jour ! Pourquoi se forcer autant ?? je pense qu’en fait c’est comme le reste dans la relation privilégiée qu’on a avec son enfant, il n’y a pas d’obligation, de façon de faire édictée en loi, pas de case où rentrer… chaque relation est singulière. Pourquoi cette pression à cet endroit ? Là est bien la question… Devoir absolument « passer ce cap », ou « réussir cette épreuve »… ça vient tout seul quand c’est le moment. Et la fusion, ce n’est pas négatif non plus 😉 ça passe aussi avec le temps, ça se transforme…. La bise aux mamans, comme nous toutes, qui nous mettons décidément tant la pression ! 🙂

Reply
Cora 13 novembre 2016 at 9 h 46 min

Je dois faire partie de ces Mamans extra fusionnelles à mon avis, parce que je n’ai laissé ma fille de 20 mois « que » 3 ou 4 fois, et pour peu de temps. Ce qui me vaut beaucoup d’incompréhension et de réflexions.
Surtout qu’elle ne va ni en crèche, ni chez une nounou, elle est exclusivement avec moi, ou on est tous les trois avec son père.
La seule personne à qui on peut la laisser avec père aussi d’ailleurs, c’est ma mère. Et vu qu’elle habite à 600 km, c’est pas souvent! A ma belle famille y’a pas moyen…
Parfois, j’aimerais souffler un peu, mais je n’arrive pas à la mettre en crèche. Pourtant, quand j’y travaillais, c’était une évidence, j’opterai pour ce mode de garde. Puis je suis devenue Maman…
Je crois que chaque Parent a le droit de faire comme il le veut, comme il le peut aussi, ça serait mieux d’être moins culpabilisé par l’entourage ou les gens en général!

Reply
Fanny 15 novembre 2016 at 0 h 11 min

Je vais paraître égoïste mais quand nous avons laissé pour la 1ère fois notre princesse âgée de 3mois à peine chez belle-maman (mes parents sont à 400km, c’est compliqué de leur laisser pour une nuit…) pour une soirée avec le boulot de mon conjoint, j’étais super enthousiaste. Mon monde ne tournais plus pour quelques heures autour de baby et il n’y avait que moi, mon amoureux et les amis. Bon j’ai envoyé quelques petits messages dans la soirée et le lendemain matin depuis l’hôtel avant de partir pour savoir si ça allait bien. Bien sur, tout allait bien mais quand même… J’aurais cru ça plus difficile mais finalement pas tant que ça, alors que je suis maman allaitante ! J’ai une absolue confiance en belle-maman, peut être même plus qu’en mes propres parents à ce sujet là (maman, pardonne moi…).Il est important de se laisser des moments à soi, sans mari ni bébé (s’offrir un petit massage ou un spa fait des merveilles) et aussi des moments pour le couple. Chacun y va à son rythme bien sur mais je pense que pour l’équilibre de la maman et de la vie de couple c’est important. Un bébé ça change la vie certes mais il ne faut pas délaisser la vie d’avant. Bon j’ai fais le deuil des soirées en boîte à rester dormir chez la copine car j’avais bu quelques verres mais bon je le vis bien. Par contre avec mon amoureux on continue à se faire des petits restos, avec baby la plus part du temps. Elle est très calme et facile à vivre, on a de la chance. Nos parents n’ont pas les mêmes méthodes que nous et pensons pouvoir faire mieux qu’eux. Mais pour notre part, les nôtres s’en sont bien sortis je pense même si on se plaint d’eux parfois. Il faut leur laisser une chance et dialoguer. Ma belle-mère, pourtant du métier et qui travaille en crèche, me demande comment je fais moi les choses afin de ne pas perturber baby quand je l’a lui confie. Ne pas hésiter à dire les choses, il n’y a pas de méthode miracle mais nous estimons faire et savoir ce qui est le mieux pour nos enfants, à l’entourage de s’adapter à ça mais nous ne devons pas être hermétique aux petits conseils de nos aînés.

Reply
ML 1 décembre 2016 at 15 h 52 min

« Oui je suis sa maman mais je ne suis pas la seule personne de sa vie. »
Ca, j’ai mis pff… 1 an pour le comprendre et l’intégrer. Surtout le fait que s’il passe du temps avec d’autres personnes, c’est pas pour cela qu’il ne va plus m’aimer ou que je ne serais plus sa maman.
On se met une telle pression au quotidien, les mamans, c’est… épuisant. Mais ça me fait beaucoup de bien de vous lire. Merci beaucoup pour ces partages. Bonne continuation

Reply
Laëtitia 8 décembre 2016 at 19 h 23 min

Je pensais être le seule à ressentir ce sentiment. J’ai l’impression que tu raconte mon histoire, mon little G a 9 mois et je ne l’est encore jamais fait garder, mais je ne suis pas prête de le faire sauf la crèche par obligation. Quand ma belle famille veut prendre G dans les bras ça m’énerve et j’évite au maximum surtout ma belle mère . Pendant ma grossesse, avec mon mari on se demandait si ça leur faisait plaisir d’être grands-parents ( pour mes beaux-parents) et des que j’ai accouché je me suis sentie envahis: j’ai passée une nuit blanche et je suis remonté dans ma chambre a 10h et à 13h ils étaient dans ma chambre ……… G étant né un mois avant le terme a passé deux jours en néonatalogie. Et ma belle mère s’est permise d’aller voir une sage femme et d’insister pour voir G ( seul les parents de l’enfant sont autorisé en néo) , deux jours plus tard je récupère enfin mon bébé dans ma chambre et 1 h après revoilà mes beaux parents, au bout de 5 jours nous rentrons à la maison et 2 jours après ma belle mère débarque chez nous …… Au secours lâché noussssss. Et depuis ca je n’arrive pas à passer au dessus ca, je n’es pas envie qu’ils touche mon bébé. Alors qu’àvant ca se passe très bien avec eux.

Ma mère respecte mon sentiment, elle était pareil avec moi .

Ça me fait du bien et me rassure de voir que je ne suis pas la seule. De me séparer de mon fils m’angoisse et pourquoi faudrait il que je m’en sépare( sauf pour le travail). J’ai posé un congrès parental de 6 mois après mon congés mater, je devais reprendre le 1 décembre 2016. J’ai fait une rupture conventionnelle avec mon employeur car j’ai trouvé un autre job à mi temps car le fait de laisser 9 heures par jour et tous les jours mon fils à la crèche n’était pas possible cela me stressée. Donc je reprend le travail le 2 janvier plus sereine et avec plus d’envie.

Merci pour ton blog et ton partage. On m’appel également maman louve .

Reply
Zabou_lou 17 janvier 2017 at 9 h 15 min

Mon dieu que c’est bon de vous lire les filles, je pensais être la seule à être comme ça !! Moi aussi à la maternité j’ai eu ce sentiment de ne pas vouloir qu’on touche mon bébé, ma toute petite. ET j’ai beaucoup de mal à m’en séparer même si cela fait du bien aussi de prendre (un tout petit peu) de temps pour soi! Je me sens coupable de la laisser et surtout (je me sens égoïste à dire ça) j’ai peur qu’elle ne m’aime plus, ou ne me reconnaisse plus même en la laissant une nuit seulement! Ma belle-mère a une fâcheuse tendance à toujours me demander de la garder (soi-disant pour me soulager, au secours me « soulager »de mon bébé et puis quoi encore!!) ET je lui réponds à chaque fois que c’est bon je gère, je passe sûrement pour la mère incapable de lâcher son bébé ET je me sens incomprise surtout avec. une belle-sœur qui met son fils en garde tout le temps mais mince c’est mon bébé je l’ai porté, je l’ai mise au monde je peux bien en profiter non?!! Par « chance »(sauf niveau salaire!) je suis en recherche d’emploi ce qui me permets de profiter de ma fille qui a 5 mois 1/2 aujourd’hui !!
En tout cas ça fait vraiment du bien de ne pas se sentir seule face à ce genre de sentiments, de ressentis!! Ça fait chaud ET cœur de vous lire, merci @mamanlouve

Reply
Chloé 17 janvier 2017 at 9 h 16 min

Mon dieu que c’est bon de vous lire les filles, je pensais être la seule à être comme ça !! Moi aussi à la maternité j’ai eu ce sentiment de ne pas vouloir qu’on touche mon bébé, ma toute petite. ET j’ai beaucoup de mal à m’en séparer même si cela fait du bien aussi de prendre (un tout petit peu) de temps pour soi! Je me sens coupable de la laisser et surtout (je me sens égoïste à dire ça) j’ai peur qu’elle ne m’aime plus, ou ne me reconnaisse plus même en la laissant une nuit seulement! Ma belle-mère a une fâcheuse tendance à toujours me demander de la garder (soi-disant pour me soulager, au secours me « soulager »de mon bébé et puis quoi encore!!) ET je lui réponds à chaque fois que c’est bon je gère, je passe sûrement pour la mère incapable de lâcher son bébé ET je me sens incomprise surtout avec. une belle-sœur qui met son fils en garde tout le temps mais mince c’est mon bébé je l’ai porté, je l’ai mise au monde je peux bien en profiter non?!! Par « chance »(sauf niveau salaire!) je suis en recherche d’emploi ce qui me permets de profiter de ma fille qui a 5 mois 1/2 aujourd’hui !!
En tout cas ça fait vraiment du bien de ne pas se sentir seule face à ce genre de sentiments, de ressentis!! Ça fait chaud ET cœur de vous lire, merci @mamanlouve

Reply
Joséphine Vincent 9 décembre 2016 at 13 h 55 min

Merci pour ton partage je m’y retrouve complètement et ça fait du bien de voir que d’autres mamans sont des « vraies » mamans. Car pour moi oui il n’y a que les « vraies » mamans qui ressentent autant ce sentiment extrêmement fort envers leur enfant, complétement déraisonné. L’expression « venir des tripes » prend tout son sens.
Ne pas la voir, la sentir ne serait-ce qu’une journée me parait impossible…..pourtant je travaille et suis contente de travailler. Mais je garde toujours des moments matins et soirs avec elle.
Ma fille a 18 mois et je ne l’ai as encore laissé une nuit, nous sortons peu sans elle et faisons plutôt partie des parents qui venons avec bébé. Par contre à 18 mois, il y a beaucoup de chose que l’on ne peut plus faire comme avec un bébé de 6 mois, alors je me force à la laisser le soir à une personne de confiance mais c’est encore dur.
Je sais que c’est bien pour elle, pour nous aussi, mais je crois que ce sera plus facile pour moi le jour où elle s’exprimera avec des mots et pourra me dire que oui tout va bien.

Reply
Marmotte 16 décembre 2016 at 22 h 17 min

Cet article est vraiment touchant, je dois être une maman pire que louve… mon ptit loup a 2 ans et demi et je ne l’ai jamais laisser plus d’une journée en dehors de la maison. Bientôt il ira à l’école et je me forcerait à le laisser toute la journée, j’aurais sûrement le coeur brisé mais il le faut.
Je suis une maman au foyer, mon ptit loup est ma seule compagnie parfois (il y a un papa et des amis) il est le seul avec qui je parle.
Alors le laisser en « vacances » même un weekend, ça me paraît tellement impossible! Il va bien falloir couper le cordon un jour.
Quand il aura 30 ans peut être que je serais prête 😉

Reply
Christelle 31 janvier 2017 at 4 h 34 min

Comme ça fait du bien de vous lire !
Je me sentais vraiment déprimée car je pensais ne pas être normale.
Je suis maman d’une petite fille de 4 mois et demi et il m’est impossible de la laisser. Rien que d’y penser j’en ai les larmes aux yeux. J’ai même du mal à supporter que quelqu’un d’autre la prenne dans ses bras ( sauf papa). J’angoisse dès que la famille doit venir car ils veulent absolument la prendre dans leurs bras et je trouve toujours un prétexte pour la reprendre ( je l’allaite exclusivement donc c’est assez facile).
J’ai peur qu’elle pense que je l’abandonne et que je ne l’aime plus. J’ai aussi un peu peur qu’elle ne m’oublie et préfère quelqu’un d’autre que moi… Bon je crois que cette fois c’est sûr, je suis cinglée !!
Bref ça fait du bien de lire qu’on n’est pas la seule à être si fusionnelle. J’espère que ça me passera avant l’entrée en crèche sinon bonjour la déprime.

Reply
Lola 6 mars 2017 at 13 h 49 min

C’est ce genre d’articles que j’aime lire sur els blogs maman. D’abord parce qu’on sent qu’il vient du coeur et puisq parce que cela fait tellement de bien de ne pas se sentir seule face à toutes ces émotions qui nous submergent parfois. Merci beaucoup !

Reply

Leave a Comment